Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/Benoit-XVI-et-la-defense-de-la
        Benoît XVI et la défense de la liberté religieuse

Benoît XVI et la défense de la liberté religieuse

Bilan du pontificat de Benoît XVI

La défense de la liberté religieuse, une préoccupation constante de Benoît XVI.


Dès le début de son pontificat, le Saint-Père a affirmé que la liberté religieuse est « fondamentale » ; elle s’enracine en effet pour lui dans la dignité de chaque homme et elle est donc une valeur universelle. Il se situe ainsi clairement dans la lignée de Vatican II et, en particulier, de la déclaration Dignitatis humanae*.

Ce dossier a toujours été défendu par benoît XVI  : on ne compte plus les discours dans lesquels il a mis en avant la défense et la promotion de cette liberté dont il fait « la synthèse et le sommet » des autres droits fondamentaux de la personne humaine et donc « l’élément incontournable d’un Etat de droit ».

Discours de Noël 2005

Ainsi dès son discours de Noël 2005 à la Curie, texte fondamental dans lequel il posait le principe de « l’herméneutique de la réforme dans la continuité », permettant pour lui de « comprendre » réellement les textes de Vatican II, il reconnaissait solennellement le tournant constitué par Dignitatis humanae : « la vérité ne s’impose que par la force de la vérité elle-même, qui pénètre l’esprit avec autant de douceur que de puissance ».Pour lui, comme pour les Pères conciliaires, chaque homme a le droit et même le devoir de la chercher, librement, « par le moyen de l’enseignement ou de l’éducation, de l’échange et du dialogue ».

Message pour la journée mondiale de la paix 2011

Mais, c’est dans son Message pour la journée mondiale de la paix du 1er janvier 2011, qu’il a développé le plus clairement son argumentation en faveur de cette liberté qu’il a désignée comme la « mère » de toutes les libertés : « Le droit à la liberté religieuse s’enracine dans la dignité même de la personne humaine dont la nature transcendante ne doit être ni ignorée ni négligée. »

S’il reconnaît cette dignité de la personne humaine comme une valeur essentielle de la sagesse judéo-chrétienne, il affirme qu’elle peut être cependant reconnue par tous les hommes grâce à la raison. C’est pourquoi, elle ne peut pas être considérée comme le « patrimoine exclusif des croyants » mais comme celui « de la famille tout entière des peuples de la terre ».

Il a d’ailleurs souvent rappelé que la liberté religieuse figure dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1948** et dans la charte des Nations Unies. Il est également intervenu régulièrement pour défendre les membres des minorités religieuses persécutées en raison de leur foi, et pas seulement les fidèles catholiques, en particulier en Asie et en Afrique. Dans ses voyages, surtout dans les pays sécularisés, il a revendiqué le droit d’ordonner sa vie personnelle et sociale selon Dieu, et notamment de pouvoir faire jouer l’objection de conscience « quand les valeurs et les principes exprimés dans l’Evangile » étaient bafoués.

Enfin, on sait que ce principe de la liberté religieuse, reconnu par Dignitatis humanae, est l’un des principaux obstacles à la réintégration de la Fraternité sacerdotale St Pie X dans l’Eglise catholique, ardemment souhaité par Benoît XVI comme premier signe du retour à l’unité des chrétiens. Et pourtant, ce dernier n’a jamais transigé sur ce point, montrant ainsi qu’il faisait totalement sienne l’orientation du concile Vatican II sur ce thème et quelle place fondamentale il lui accordait !

* [1]
** [2]

Notes

[1« Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être exempts de toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience ni empêché d’agir dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. » DH, 2.

[2« toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction …tant en public qu’en privé … » Article 18

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Evènements passés

  • ecrire a l'auteur Michel DEGLISE

    Michel DEGLISE
    Conseiller de l’Évêque à la Communication
    Secrétaire général de la Communication du diocèse,
    administrateur délégué du site internet diocésain, directeur de la rédaction.


    F - 97207 Fort-de-France cedex
    Tél. +596 596 63 70 70
    Tél. : +596 596 71 86 04
    Fax : +596 596 72 45 30

    site webmartinique.catholique.fr

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour