Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/bonnes-nouvelles

Bonnes nouvelles


Le vendredi 17 janvier 2014, dans l’Eglise Saint-Louis de Mirza en Guyane Française, avait lieu la messe solennelle de clôture de la conférence annuelle de la Province Ecclésiastique des Antilles Françaises et de la Guyane.

La Province Ecclésiastique est un regroupement de plusieurs diocèses, voulu par l’Eglise catholique et inscrit dans son Droit Canonique en 1983. Ce regroupement d’églises particulières est confié par le Pontife Romain à un évêque qui porte le titre d’Archevêque ou de Métropolitain et se trouve ainsi à la tête d’un « Archidiocèse ». Les évêques des autres diocèses qui constituent la Province Ecclésiastique sont ses « suffragants ». Ils ne lui sont pas inféodés puisqu’ils conservent leur pleine autorité et leur totale liberté dans leurs diocèses, la mission de l’archevêque étant plutôt un service de coordination et de recours en certains cas.
Chaque année, la Province Ecclésiastique qui, en l’occurrence, regroupe la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, tient sa conférence, successivement, dans l’un de ces trois diocèses. La dernière réunion ayant eu lieu à la Martinique, c’était donc cette année à la Guyane d’accueillir les Evêques accompagnés de leurs vicaires généraux et de l’économe de l’archidiocèse, au centre spirituel Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, tenu par les sœurs de Saint Paul de Chartres, à la Madeleine.

Dans ce cadre invitant au recueillement et à la prière, les sujets d’échange, de discussion et de décisions ne manquèrent pas. Après avoir exprimé nos sentiments de satisfaction suite à la visite dans nos diocèses de son Eminence le Cardinal Filoni, préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, nous commençâmes par l’actualité dans nos Eglises respectives sur fonds de violence, de crimes, de grèves .
Nous devions déplorer les tristes records de meurtres par armes à feu qui mettent à égalité la Guadeloupe et la Martinique.

La pastorale des Jeunes et celle des vocations retinrent notre souci particulier : que faire pour répondre aux attentes des jeunes qui ont surtout besoin de modèles et de familles stables et aimantes pour s’épanouir, découvrir un idéal et surmonter victorieusement l’échec scolaire !
Quelle aide pourrions-nous mieux apporter à la préparation au mariage, au soutien des couples, à la préparation au baptême, à la rénovation de la catéchèse, au recrutement des catéchistes et des animateurs de cheminement dont le nombre a diminué de manière inquiétante ? Pouvons-nous aider les chrétiens à comprendre qu’ils sont les membres de l’Eglise qui a besoin d’eux pour évangéliser ce monde qui a tant besoin de découvrir le Christ pour le suivre et le faire connaître ?

Nous avons décidé d’harmoniser nos procédures concernant les célébrations de mariages et de funérailles et de faire passer les honoraires de messe de 16 à 17 euros comme le demande la Conférence des Evêques de France .

Nous avons comparé les réponses que Rome attend de nous pour finaliser le Synode sur la famille qui aura lieu à Rome du 5 au 19 octobre prochain.

Nous n’avons pas manqué de nous réjouir de la décision du Pape François, d’élever au Cardinalat, pour la première fois dans l’histoire de la Caraïbe, deux originaires de cette région : son Eminence Mgr Kelvin Eward FELIX, archevêque émérite de Sainte Lucie, né à la Dominique et son Eminence Chibly LANGLOIS actuellement évêque des Cailles, en Haïti que nous congratulons. Cela prouve si besoin était, que notre Pape François est loin de se désintéresser des Eglises particulières de notre région et qu’il veille sur elles avec beaucoup de sollicitude.
Une nomination qui m’a personnellement comblé de bonheur a été celle de son Eminence Monseigneur Francesco Loris CAPOVILLA, archevêque émérite de Chiéti dont j’ai eu plusieurs fois l’occasion de vous entretenir dans « Eglise en Martinique » spécialement dans le numéro 427 de Pentecôte 2011.

Dans ce numéro, je rappelais les circonstances qui me firent connaître Son Eminence Capovilla, qui était alors secrétaire particulier du Bienheureux Pape Jean XXIII qui sera déclaré « Saint » au mois d’avril prochain.

Je ne puis m’empêcher de reproduire ici la confidence que Monseigneur Capovilla m’avait faite lorsque j’étais allé le voir. Elle caractérise bien ce très grand serviteur de notre Eglise et singulièrement du Bon Pape Jean dont il est à 98 ans l’héritier spirituel et le conservateur de sa pensée et de ses écrits.Voici littéralement traduit de l’Italien, ce que me disait Monseigneur Capovilla :

« Michel, lorsqu’un jeune capucin de couleur noire, un Brésilien, a voulu venir à Loretto pour être ordonné prêtre par moi, quand nous sommes sortis de la sacristie : moi avec ma crosse et ma mitre et ce jeune à côté de moi, il y a eu sur notre parcours des applaudissements ponctués de ces exclamations : « C’est un noir ! Un noir ! »

Quand nous sommes arrivés à l’autel j’ai dit : « Quel bel accueil vous avez réservé à mon ami Jason Do Santos. Je voue en remercie. Mais pourquoi avez-vous dit : « C’est un noir ? Et vous n’avez pas dit : l’Evêque est un blanc ? Vous avez sans doute été impressionnés par sa couleur. Alors laissez-moi vous le présenter, moi : Jason est un citoyen du Brésil avec tous ses droits et ses devoirs. Il est lauréat de l’université de Rio di Janeiro mais aussi de l’université de la Grégorienne. Il a ses papiers en règle et parle cinq langues . Il a voulu devenir frère capucin par amour de Saint François d’Assise et de l’Italie. Il a voulu être ordonné par moi.
Mais moi qui suis un évêque blanc, je n’ai pas le courage de lui imposer les mains sans avoir évoqué au préalable une page de son histoire. Car Jason est citoyen brésilien mais son sang n’est pas brésilien : il lui vient d’Afrique.

Dans notre histoire chrétienne, il y a quelques pages qui ne sont pas à notre honneur. Ce ne sont pas des pages chrétiennes. Nous devons croire que la Providence se sert de tout … Mais à part quelques rares exceptions, nous avons accepté sans réagir que 200 millions de noirs soient transportés chez nous comme esclaves, pour notre profit . Essayons seulement de nous représenter un tel drame !

Je me suis agenouillé devant Jason, je lui ai baisé les pieds et je l’ai embrassé comme un frère. Alors l’Assemblée a compris ce que nous étions en train de faire. Ce n’était plus le moment des applaudissements mais celui de la grande réflexion. Je leur ai dit : « Jason m’a raconté son histoire. Il est le dernier d’une fratrie de 11 enfants. Sa maman est morte au moment où elle le mettait au monde. Celle qui l’a éduqué est Nonna Judita, une femme noire, analphabète. Elle a fait de ces onze enfants onze chrétiens, disciples de Jésus. N’éprouvez-vous pas de la tendresse envers eux et le désir de les embrasser ?

Ici, en Italie, il y a des milliers de femmes de couleur qui s’occupent des personnes âgées. On les utilise mais on ne les aime pas. Et pourtant on leur confie ce que l’on a de plus cher : nos parents, nos enfants. N’y-a-t-il pas là une aberration ? Si l’Eglise ne parle pas, qui parlera ? Il ne suffit pas de faire l’aumône. Il faut faire la justice sociale.

Au moment où nous assistons à une résurgence du racisme, ces propos de Monseigneur Francesco Loris conservent toute leur actualité en nous révélant aussi la pureté d’âme et le courage de leur auteur .

Auguri* aux cardinaux élus par le Pape et qui recevront de ses mains la barrette cardinalice le 22 février prochain et à Monseigneur Francesco Loris CAPOVILLA, longue vie et que le Seigneur le bénisse !

* En italien, félicitations.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour