Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/congregation-des-soeurs-de-saint
      Jour de Jubilé chez les Sœurs de Saint-Paul-de-Chartres

Jour de Jubilé chez les Sœurs de Saint-Paul-de-Chartres

Le dimanche 28 Août 2016, Mgr David Macaire a présidé la Messe d’Action de grâce au cours de laquelle seize religieuses de la congrégation ont célébré leur jubilé et une novice a prononcé ses premiers vœux.
.


Le 28 août, seize religieuses de la congrégation des Sœurs de Saint Paul de Chartres ont donc célébré leur jubilé et renouvelé leurs vœux en présence de Mgr David Macaire.

Elles ont ainsi fêté :

- leurs noces de platine, 70 ans de vie religieuse, pour Sr Juliette du Sacré-Cœur CECE

- leurs noces de diamant, 60 ans de vie religieuses, pour Sr Monique de Marie SEXTIUS, Sr Lucienne du sacré-Cœur REGULAR, Sr Marie-Anastasie, ELOI-,HILAIRE, Sr Marie-Marthe REGIS-LUCE, Sr Marie-Cécile BRIN, Sr Angèle de la Crois MAYAUD et Sr Paul-Joseph RENAUD,

- leurs noces d’or, 50 ans de vie religieuse, pour Sr Alfred-Luce DURAT, Sr Geneviève de Saint Paul AMAZIAS et Sr Léonie-Sébastien MIMI,

- et enfin, leurs noces d’argent, 25 ans de vie religieuses, pour Sr Valérie BARRU, Sr Laurent DONAT, Sr Marie-Jérôme NICOLS, Sr Marie-Bernard GIBOYAU et Sr Gérard de la Miséricorde VENTURA.

Une novice, Sr Mireille-Thérèse SEBELQUE, a également prononcé ses premiers vœux en ce dimanche 28 août, choisissant elle aussi de tout donner au Seigneur.

Ces jubilés et cette profession religieuse ont été l’occasion pour les très nombreux fidèles présents de rendre grâce à Dieu pour cette congrégation qui fête cette année ses 320 ans d’existence et qui est présente en Martinique depuis près de 200 ans, œuvrant dans l’éducation, la santé et l’évangélisation.

- Procession d’entrée des sœurs jubilaires :

- Mgr Macaire au milieu des fidèles :

- Premiers vœux de Sr Mireille-Thérèse :

- Procession des offrandes avec les sœurs jubilaires :

- Communion :

- Mgr Macaire avec les sœurs fêtant leur noces d’argent :

- Nous vous proposons de redécouvrir cette Congrégation présente en Martinique depuis 1818 à partir de l’article publié dans notre revue Eglise en Martinique, n° 495.

Qui êtes-vous ?

Nous sommes une Congrégation missionnaire, fondée en 1696, par le Père Louis Chauvet, Curé de Levesville-la-Chenard, un petit village de Beauce, situé à environ 80 kilomètres au sud- ouest de Paris.

Qui est votre fondateur, le Père CHAUVET (1664-1710) ?

Le Père Louis Chauvet a reçu un charisme, un don gratuit de Dieu pour fonder notre Congrégation. Né à Pertuis, au sud de la France, et ayant étudié en Avignon, il fut nommé curé de Levesville-la-Chenard.

A la fin du 17ème siècle, le Royaume de France était en proie à la misère. Aussitôt arrivé à Levesville, il en comprit les besoins les plus urgents. Il perçut la nécessité d’instruire la population pour combattre l’indifférence religieuse, l’ignorance et la misère. Il voulut que les enfants apprennent à lire et à écrire pour pouvoir ensuite étudier et améliorer leurs conditions de vie. Le Père Louis Chauvet conçut immédiatement un programme, en vue d’élever la condition de la population, au plan humain et spirituel.

Son projet put se réaliser, en partie grâce à Marie Anne de Tilly, une fille noble. Ils préparèrent ensemble quelques jeunes filles pour l’enseignement et le soin des malades ; il les invita à les rejoindre dans son projet, en s’offrant à Dieu dans le service des pauvres, vivant dans la simplicité et priant en communauté fraternelle. Pour n’être à la charge de personne, l’Abbé Chauvet les invita à gagner leur vie, par le travail de la laine.

Puis, appelées par l’Evêque, les Sœurs s’en allèrent à Chartres, en1708. L’Evêque de Chartres, Mgr Paul Godet des Marais, reconnut et approuva la Communauté : il leur donna comme patron, Saint Paul, le grand apôtre missionnaire, d’où notre appellation « Sœurs de St Paul de Chartres ». Tout comme il a vécu, en grande simplicité évangélique, l’Abbé Chauvet meurt le 21 juin 1710, à 46 ans, transmettant à une vingtaine de Sœurs son charisme de l’amour préférentiel pour les pauvres. Son œuvre modeste ne pouvait lui laisser entrevoir l’ampleur de la mission à venir. C’est donc dans un total abandon à Dieu que le P. Chauvet termine son testament par ces mots : « On continuera mes charités ordinaires aux pauvres. »

Aujourd’hui, c’est une Congrégation missionnaire de 4000 Sœurs qui poursuivent son œuvre, depuis plus de 300 ans, et toujours animées par le même esprit des origines : esprit de charité, de simplicité et de service.

La Congrégation est-elle présente dans le monde entier ?

Notre charisme s’enracine dans celui des origines, comme nous en faisons mémoire régulièrement dans notre prière : « Accorde-nous la fidélité au charisme de nos fondateurs. Que nous n’oublions jamais la pauvreté de nos premières Sœurs et leur zèle apostolique pour l’annonce de l’Évangile. »

Nous vivons un charisme de charité à travers notre mission qui est de travailler à élever le niveau humain et spirituel par l’éducation, les soins et l’évangélisation.

Aujourd’hui, la congrégation est en mission dans 36 pays, sur les cinq continents, poursuivant toujours notre première mission, avec autant de zèle et de dynamisme, nous adaptant nous-mêmes, comme aussi notre ministère, aux besoins de notre temps, inspirées par ces paroles de vie :

« Se donner à Dieu, au bien de l’Eglise et à l’utilité du prochain » (Marie-Anne de Tilly, cofondatrice)
« Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait ». (Mt 25,40)
« Je me suis fait tout à tous… et tout cela à cause de l’Evangile… » (1cor 9,22)

Quand les Sœurs sont-elles arrivées dans la Province des Antilles-Guyane ?

- L’année 1727, marque l’arrivée de nos communautés en Guyane. C’est, en effet, trente ans après la fondation, que quatre Sœurs de Saint-Paul s’embarquent pour la Guyane française. Pendant cinq mois, elles voguent entre ciel et eau, pour débarquer, avec leur robe de bure et leur cornette, dans un climat équatorial. Elles venaient servir les malades de l’hôpital de Cayenne, instruire les enfants et plus tard, soigner les bagnards aux Iles du Salut. Ce premier départ sera suivi de beaucoup d’autres.

Education : Ecole et Collège St Paul à Cacao
Œuvres sociales : Home Amérindien à St Georges,
Association St Martin de Porrès, Accueil Etudiants et jeunes travailleurs à Cayenne,
Pastorale de la santé

- L’année 1820 marque l’arrivée de nos communautés dans les hôpitaux de la Guadeloupe, notamment dans le service de la léproserie à la Désirade qui, heureusement n’existe plus… Après la laïcisation des hôpitaux de Guadeloupe, les Sœurs se sont engagées dans la catéchèse puis elles ont initié les écoles privées.

Education : Ecoles St Paul de Bouillon à Basse-Terre – Ecole Notre-Dame à Marie-Galante
Activités paroissiales : St Barthélémy, Désirade, Pointe-à-Pitre, St Martin
Pastorale de la santé : Hôpital de St Martin

- L’année 1818 marque l’arrivée de nos communautés en Martinique, tout d’abord à l’hôpital militaire de Fort-Royal (devenu depuis Fort-de-France), puis dans les autres hôpitaux et hospices de la ville, ainsi qu’à Saint-Pierre, Trinité, Marin, Lorrain, Saint-Esprit et Lamentin. On retrouve aussi les Sœurs dans des écoles de Fort-de-France et de Saint-Pierre, de même que dans des ouvroirs et orphelinats. Ce sera ensuite le service de la catéchèse dans les paroisses.

Activités paroissiales : Anses d’Arlet, Lamentin, Trinité, Lorrain, Morne Rouge
Œuvres sociales : Foyer la Ruche et Fourneau Economique (1902) à Fort de France
Hôtellerie monastique : Foyer St Benoît Terreville
Pastorale de la santé
Communauté des Sœurs Aînées à Didier : à la Chapelle de la Maison Provinciale, différents temps de prière permettent à la communauté réunie de partager, avec de nombreux laïc, l’office divin et la messe.
Laudes : 6h10 (dimanche 7h00) • Messe : 6h40. Chapelet : 17h00 • Vêpres : 17h20
Complies : 20h00

La Maison Provinciale de Didier : Maison Mère des Sœurs de Saint-Paul de Chartres pour les Antilles et la Guyane. Les Sœurs viennent s’y ressourcer régulièrement lors des récollections, retraites annuelles ou sessions.

Les communautés, unités de base de la Province restent en lien par des rencontres intercommunautaires, par notre revue « LE LIEN » et toutes autres activités ponctuelles.

Que vous inspire le choix du Saint-Père de faire de l’année 2015 l’Année de la Vie Consacrée ?

Sœur Marie-Denise, supérieure provinciale, a accepté de réagir sur les objectifs de cette Année de la Vie consacrée.

La mission du Pape, à la suite de St Pierre, c’est de confirmer ses frères dans la foi (Lc 22,32) et en tant que religieux lui-même, il veut confirmer les religieux et religieuses dans leur vocation particulière en les invitant à « redécouvrir la joie de suivre le Christ » et de partager sa mission.

Concernant les objectifs de cette Année de la Vie Consacrée, trois mots-clés se détachent : RECONNAISSANCE – PASSION- ESPERANCE.
Les Consacrés sont invités à * regarder le passé avec reconnaissance, * vivre le présent avec passion, * embrasser l’avenir avec espérance.

1. Regarder le passé avec reconnaissance

Reconnaissance envers Dieu qui est à l’origine du don de la Vie consacrée à l’Eglise : Dans l’Esprit Saint, il a appelé et il appelle encore certaines personnes, en l’occurrence des fondateurs, des fondatrices, « à traduire l’Evangile dans une forme particulière de vie, à lire avec les yeux de la foi les signes des temps, à répondre avec créativité aux nécessités de l’Eglise ».

Reconnaissance envers les fondateurs qui ont accueilli leur charisme dans la foi et la confiance totale en la Providence, car bien souvent ils ont rencontré des résistances ; envers tous les religieux (ses) qui ont courageusement tissé l’histoire de leur famille religieuse.

La reconnaissance se déploie dans l’action de grâce. Action de grâce pour le don de Dieu qu’est la Vie religieuse dans l’Église. Certes, tous les fidèles sont des consacrés par l’onction baptismale ; cependant, certains baptisés reçoivent l’appel à manifester d’une manière spéciale leur consécration baptismale par l’engagement libre, public et définitif d’être à Dieu et de vivre pour Dieu. La vocation religieuse est assumée librement par des fidèles « qui, par des vœux selon les lois propres des Instituts, font profession des conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance » (Can. 573 §2).

Il aurait fallu développer la spiritualité des vœux pas seulement dans la perspective juridique et ascétique, mais surtout comme une option pour le Christ en qui s’accomplit l’amour de Dieu et l’amour des hommes ; une option pour Dieu qui implique une nouvelle manière de vivre les relations humaines comme expérience de l’Esprit. La consécration religieuse est vécue comme un engagement pour le Royaume (Mt 19, 10-12) et cela se concrétise dans une conversion permanente : les consacrés ne sont pas des modèles, mais ils veulent être des signes prophétiques qui suscitent un questionnement pour notre temps.

Et puis, action de grâce pour la fidélité des fondateurs et fondatrices qui nous ont légué un tel héritage spirituel et missionnaire que nous avons à cœur de maintenir vivant aujourd’hui.

2. Vivre le présent avec passion

Les Congrégations religieuses ont fait preuve d’une grande vitalité pour répondre aux besoins spécifiques de l’Eglise et du monde de leur temps. Aujourd’hui, le contexte contemporain est différent, les situations évoluent mais la mission au service de l’Evangile demeure et s’adapte constamment aux besoins nouveaux.

Pour vivre le présent avec passion, chaque consacré est invité à revisiter sa vocation propre à la lumière de l’héritage reçu des fondateurs : ils « ont éprouvé en eux la compassion qui prenait Jésus quand il voyait les foules comme des brebis dispersées sans pasteur, et ils se sont mis au service de l’humanité à qui l’Esprit les envoyait… ».
La question que nous devons creuser au cours de cette Année c’est de savoir si nous nous laissons interpeller par l’Evangile et comment ? L’Evangile est exigeant et demande à être vécu avec radicalité et sincérité, Jésus nous demande de le mettre en œuvre, de vivre ses paroles (Message du Pape), selon la dynamique missionnaire de notre charisme propre
.
3. Embrasser l’avenir avec espérance

Le Pape François nous exhorte : « Ne vous unissez pas aux prophètes de malheur qui proclament la fin ou le non-sens de la Vie consacrée dans l’Eglise de nos jours ; mais revêtez-vous plutôt de Jésus Christ, en demeurant éveillés et vigilants. ».

Quelles que soient les difficultés que la Vie consacrée rencontre aujourd’hui : diminution des vocations, vieillissement, incompréhension, relativisme, les religieux (ses) sont solidaires de leurs contemporains qui subissent le même sort et c’est là que leur espérance s’active, espérance qui découle de la foi en la présence de Dieu dans l’Histoire de l’Humanité. Ce qui caractérise aussi la Vie consacrée c’est son engagement dans la foi.

Et même si dans les pays occidentaux, la vie religieuse semble reculer, elle manifeste une grande vitalité dans les pays de mission. Les dons de Dieu sont irrévocables et c’est ce qui fonde notre certitude que la Vie consacrée subsistera.

« La plus grande richesse de la vie religieuse, pour l’Eglise et le monde, est sans doute son engagement dans la foi. En effet, des hommes et des femmes manifestent à titre individuel et en communauté que Jésus Christ est celui qui nous ouvre les portes de la vraie vie… Ils osent affronter un engagement à vie dans une communauté qui témoigne d’un être ensemble possible… » (Fr. Jean-Pierre Longeat, osb).

En savoir +

Pour joindre la Maison Provinciale de Didier :
- Adresse :
Sœurs de Saint Paul de Chartres
11, rue du Professeur Raymond Garcin
97200 Fort de France

- Tél. : 05 96 70 07 61

- Fax : 05 96 60 38 74

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Actualités

  • ecrire a l'auteur Michel DEGLISE

    Michel DEGLISE
    Conseiller de l’Évêque à la Communication
    Secrétaire général de la Communication du diocèse,
    administrateur délégué du site internet diocésain, directeur de la rédaction.


    F - 97207 Fort-de-France cedex
    Tél. +596 596 63 70 70
    Tél. : +596 596 71 86 04
    Fax : +596 596 72 45 30

    site webmartinique.catholique.fr

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour