Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/etre-catholique

Etre Catholique !

A Pâques, cette année encore, comme à la Pentecôte, plus de 3 000 adultes vont s’adjoindre par le saint Baptême à la communauté catholique en France. Ils sont près d’une cinquantaine à la Martinique. Nous serons des centaines de milliers à renouveler autour d’eux les promesses de notre baptême.


Et pourtant, il y a de nombreuses religions ; un large panel de propositions de foi est fait aux chercheurs de Dieu : sociétés humanistes, groupuscules divers, mouvements d’animisme et de sorcellerie, grands courants de spiritualité et de philosophie orientales et, bien sûr, les multiples communautés chrétiennes protestantes et les Eglises d’Orient...

Il nous faut donc savoir ce que signifie l’appartenance à la Sainte Eglise Catholique : est-ce avoir simplement choisi une religion parmi d’autres ? est-ce rester sans réfléchir dans la religion de ses parents ? ou encore se distinguer par des attitudes et des certitudes particulières ? ou est-ce avoir été choisi par le Christ pour une mission particulière ?

Dans un merveilleux ouvrage écrit à deux mains, Rome sweet Home, les anciens pasteurs Scott et Kimberly Hahn racontent leur conversion et leurs retours respectifs dans l’Eglise Catholique Romaine. Ils ne sont pas parvenus dans l’Eglise parce qu’ils étaient déçus dans leur communauté, mais bien parce que leur recherche théologique les a conduits, pas à pas, pendant plusieurs années, à comprendre puis à épouser les thèses et les pratiques catholiques. Et pourtant, au départ, ils considéraient l’Eglise Catholique Romaine comme la bête de l’Apocalypse : une religion orgueilleuse et sans souffle ne vivant que pour elle-même. Ce n’est pas la beauté, la sympathie, la chaleur, ni même la sainteté des catholiques qui les ont attirés, mais leur docilité au Saint Esprit.

Car, il faut le reconnaître, nos communautés catholiques ne sont malheureusement pas toujours signe de la sainteté de l’Evangile et de la paix du Christ (la plupart du temps elles le sont, mais…). De plus, nos façons de vivre l’Evangile, façonnées par vingt-et-un siècles d’histoire et de culture (culte des saints, célibat des prêtres, traditions liturgiques, agencement de nos églises et autres coutumes…), ne sont pas toujours évidentes à comprendre. Mais pour ceux, très nombreux, qui percent à travers l’inévitable dimension humaine de la religion, tous les trésors du salut et l’intelligence du mystère de Dieu sont offerts en abondance.

Nous devons comprendre ce que nous sommes. Certes chaque doctrine, chaque religion, comporte une part de vérité, et les communautés religieuses, à l’exception de celles qui font appel aux esprits du mal, sont porteuses de grâces, surtout celles qui croient en Jésus-Christ. Mais la vocation de l’Eglise Catholique est unique et universelle : celle de signifier et de réaliser la communion des hommes avec Dieu et de tous les hommes entre eux ! Ainsi l’a voulu le Christ, et cette volonté perdure de génération en génération jusqu’à la fin des temps. C’est pourquoi chaque évêque est un successeur direct des apôtres, recevant cette mission par une chaîne ininterrompue de l’imposition des mains (cf. 1 Tim 4,14 ; 2 Tim 1,6 ; Ac 8,18 ; Hb 6,2) depuis Jésus-Christ !

Jésus a donc donné à l’Eglise, fondée sur les apôtres et leurs successeurs les évêques, la mission d’être le chemin vers Dieu des hommes et des femmes de ce monde tout au long de leur vie. Elle doit être le lien entre TOUS les hommes, le lien entre les enfants du Père. Pour mener à bien ce ministère, elle parle, elle proclame la vérité de l’Evangile, elle prend soin des plus pauvres, elle prie pour tous et célèbre les sacrements du salut. Il s’agit pour elle d’accueillir chaque enfant du Père dans le Royaume de Dieu. Ce ministère est, bien sûr, celui des évêques et des prêtres, mais c’est aussi celui de chaque fidèle catholique.

Ainsi, être catholique, c’est prendre part spirituellement et activement à cette mission universelle ; c’est ouvrir son cœur aux dimensions de l’univers et de Dieu ; c’est ne pas se considérer comme un membre d’un petit groupe séparé des autres, mais membre de la communauté qui se réjouit que la Vérité de Jésus-Christ s’offre au plus grand nombre. Etre catholique, c’est épouser le désir de Dieu qui « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité » (1 Tim 2,4).

Sainte et joyeuse montée vers Pâques !

+ David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour