Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/je-suis-avec-vous-tous-les-jours

"Je suis avec vous tous les jours"

A la fête de l’Ascension, les chrétiens ont célébré le moment où le Seigneur Jésus a cessé d’être corporellement présent parmi les siens pour « monter au ciel où il est assis à la droite du Père », comme dit leur credo ! Cependant, un cosmonaute célèbre, en l’occurrence Youri Gagarine, revenu sur terre après le premier saut d’un homme dans l’espace, avait déclaré sans sourire : « Je n’y ai pas rencontré Dieu ». En dépit de toutes ses compétences astronautiques et de ses connaissances scientifiques, ce pionnier de l’espace n’avait pas appris que les hommes ne peuvent parler de Dieu que de manière imagée.


Pour exprimer la transcendance de Dieu, sa suprématie, l’impossibilité de l’enfermer dans un concept quel qu’il soit, les hommes disent de Dieu qu’il est « Grand », qu’il est « Le Très haut », qu’il est « au-dessus de tout », qu’il est « là haut, tout en haut »… Autant d’expressions qui veulent simplement exprimer, si possible, la distance infinie qui existe entre Dieu qui est le Tout Autre et ses créatures, même celles qui sont à son image et à sa ressemblance.

Le ciel est donc censé être la demeure de Dieu, parce qu’il est au-dessus de la terre, tout là-haut. On a cru longtemps que le ciel était un lieu habité. On a vite découvert qu’au-delà des nuages auxquels on l’assimile, il n’y a que le vide sidéral.
Dieu ne peut être enfermé dans nos catégories habituelles. Dieu n’est ni en haut, ni en bas, ni à droite, ni à gauche. Cela est d’autant plus compréhensible que dans l’espace il n’y a ni haut ni bas, ni droite, ni gauche.

Dire qu’à l’Ascension, Jésus est « monté au ciel » n’est donc qu’une manière imagée de dire que cet homme, né de la Vierge Marie, qui cependant existait avant la création du monde, est entré avec son corps dans la vie de Dieu, après avoir accompli sa mission au milieu des hommes.

Avant son « ascension » Jésus disait à ses disciples : « Je ne vous laisserai pas orphelins. Je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet qui restera avec vous pour toujours. C’est lui, l’Esprit de vérité, celui que le monde est incapable d’accueillir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas. Vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous et il est en vous... Il vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit ».
Au cours d’un repas avec ses disciples, Jésus leur avait recommandé de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre la promesse du Père, celle d’être baptisés dans l’Esprit Saint.

Cette promesse s’est réalisée pour les Apôtres le soir de la Résurrection et surtout le jour de la Pentecôte, cinquante jours après la fête de Pâques. Nous devons le récit de cet événement à saint Luc, l’auteur des Actes des Apôtres que l’on considère comme la deuxième partie de l’évangile qui porte son nom.

Saint Luc rapporte que ce jour-là, qui était un jour de fête rassemblant à Jérusalem des Juifs venus de tous les pays appartenant à l’Empire Romain, les disciples se trouvaient tous réunis, autour de la Vierge Marie, dans une salle -probablement le Cénacle- qu’ils avaient verrouillée par crainte des Juifs.
Et tout à coup, la maison dans laquelle ils se trouvaient fut ébranlée par un bruit venu du ciel, semblable à un violent coup de vent. Alors apparurent comme des langues de feu qui vinrent se poser sur chacun d’eux, et ils furent remplis de l’Esprit Saint.

Ayant reçu la plénitude de l’Esprit, les Apôtres ouvrirent bien grandes les portes qu’ils tenaient verrouillées. Ils allèrent au-devant de la foule dont ils avaient peur. Et ils annoncèrent la Bonne Nouvelle qu’ils n’osaient pas proclamer : « Jésus le Nazaréen que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, nous en sommes témoins ».

En entendant ces paroles, la foule émerveillée leur demanda : « Que devons-nous faire frères, pour être sauvés ». Ils répondirent : « Convertissez-vous ; que chacun de vous reçoive le baptême au nom de Jésus-Christ pour le pardon de ses péchés et vous recevrez le don du Saint Esprit ». Il y eut ce jour-là environ trois mille personnes qui se joignirent aux Apôtres.

Ceux qui s’étaient convertis et avaient reçu le baptême étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. Ils constituèrent une communauté qui est à l’origine de notre Eglise catholique, celle à laquelle nous appartenons pour la plupart.
L’Esprit Saint continue aujourd’hui à descendre sur les fidèles au moment du baptême et de la confirmation. C’est lui qui permet aux chrétiens de croire que Jésus est ressuscité et qu’il est vivant pour montrer, à ceux qui croient en lui, le chemin du Salut et les guider dans la vérité par sa Parole, afin qu’ils soient heureux et transforment la vie du monde.

C’est l’Esprit Saint qui permet de comprendre et de mettre en pratique ces paroles du Christ : « Si quelqu’un m’aime, il observera ma parole, et mon Père l’aimera. Celui qui ne m’aime pas n’observe pas mes paroles, or cette Parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé ».

Ces temps derniers, notre diocèse a connu de nombreuses célébrations du sacrement de la confirmation dans plusieurs paroisses. Il faut se réjouir du nombre de jeunes qui demandent ce sacrement afin de rester fidèles au Christ, et surtout de témoigner de l’Esprit qu’il nous a donné et qui habite en nous pour faire le bien et rendre gloire à Dieu.

Puissent celles et ceux qui ont reçu la plénitude de l’Esprit rester fidèles à ses aspirations et mettre en pratique ses dons de Sagesse et d’Intelligence, de Conseil et de Force, de Connaissance et d’Affection filiale, et se confondre en actions de grâces et en Adoration devant Dieu qui nous aime tant qu’Il nous a donné son Fils Unique.

+Michel Méranville

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour