Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/journee-de-reflexion-du-cmr
      Chrétiens dans le Monde Rural (CMR)

Chrétiens dans le Monde Rural (CMR)

Les chrétiens dans le monde rural s’expriment

La section de Rivière Salée du mouvement d’action catholique Chrétiens dans le Monde Rural (CMR) vous invite à la conférence débat qu’elle organise sur le thème « la RURALITE AUJOURD’HUI » le mercredi 30 novembre 2016 à 18h au Foyer Rural de Médecin.
L’intervention du Président Fédéral Martiniquais des Foyers Ruraux, M. GRIBIAS Pierre, sera suivie de questions et de réflexions autour de ce thème.


Retour sur les activités 2015-2016

Le mouvement d’action catholique Chrétiens dans le Monde Rural (CMR), Fédération de la Martinique, a tenu sa réunion de rentrée le dimanche 13 septembre 2015, dans les locaux de la paroisse des Anses d’Arlet, en présence de son aumônier, père Jean de Coulanges. Mr Hugues Daniel Joseph, au nom du CMR, est revenu sur cette rentrée.

Le monde rural regroupe en son sein toutes les catégories du monde contemporain avec comme vocation primaire l’agriculture et l’élevage.

Depuis une bonne décennie, l’urbanisation de ces lieux subit une mutation qui mérite une attention particulière. Les chrétiens du monde rural (CMR) se sont réunis le dimanche 13 septembre 2015 dans les locaux de la paroisse des Anses d’Arlet pour réfléchir et s’engager sur des pistes d’action.


(Photo N. Pastel : : les participants autour de Père Jean De Coulanges)

La première partie de ce rassemblement a débuté par une méditation de l’Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 20, versets 1 à 16. Ce texte intitulé « les ouvriers envoyés à la vigne » a été étudié à partir de trois questions :

1. Quelle est cette vigne aujourd’hui pour nous en Martinique ?

Partant de l’impératif pour le maître de récolter en totalité et en un temps record les raisins, il nous a été facile de comprendre la nécessité d’avoir une main d’œuvre abondante d’où l’acceptation d’embauches d’ouvriers tout au long de la journée et pour le salaire affiché.

Avec les mots « impératif, récolter, totalité, nécessité, abondante, salaire… » Nous avons répondu de façon unanime à la question posée en reconnaissant que la vigne martiniquaise est composée :

o De ceux qui ne croient pas ou ne croient plus.
o Des oubliés, marginaux, malades, orphelins, divorcés...
o Des enfants en souffrance.
o De ceux qui sont seuls et incapables, physiquement de vivre leur foi.
o Des associations et plus largement de notre territoire de vie.

Pour être un bon ouvrier dans cette vigne, nous devons être chrétien pour les autres et non pour nous-mêmes. Le vivre pour un militant chrétien est bien plus important que les paroles.

2. Est-ce que nous nous sentons envoyés à cette vigne ?

Après avoir pris connaissance que nous sommes des envoyés de par notre baptême, nous acceptons d’emblée le fait que nous soyons en mission. La réponse à cette question se trouve dans le témoignage suivant :

« Militant actif depuis des années dans les mouvements d’actions catholiques (MRJC puis CMR), j’ai le sentiment de ne pas pouvoir m’en éloigner… il y a en moi une force, une volonté de vivre chrétiennement… donc je me sens envoyé. »

Suite à un débat où chacun parlait, avec l’assentiment du plus grand nombre, sur le fait que cette mission d’envoi est trop souvent bafouée par ceux qui ne sont pas disposés à recevoir ce que, nous chrétiens avons à donner, le père De Coulanges, notre aumônier, a conclu en disant que « quand on s’accroche à la Bible, on n’a pas de problème, mais quand on parle de religions, les divergences nous posent problème. »

3. Quelle est notre coresponsabilité ?

Cette question s’est très vite résumée par cette notion qui consiste à ne jamais baisser les bras pour ne pas se désolidariser et décourager ceux qui sont avec nous dans la vigne.

Se justifier n’aide pas à renforcer notre coresponsabilité, mais « aller-vous aussi à ma vigne avec les autres » contribue à ce que les raisins ne soient pas perdus, mais soient transformés en un bon vin.

La force du chrétien est son rayonnement dans la vie.

Après un repas varié, car sorti des sacs, nous nous sommes laissé bousculer par de « vieux » militants au point d’avoir des frissons au bon sens du terme. L’état des lieux est connu de tous, mais tous n’ont pas pris conscience de l’impact d’une mutation non maîtrisée :

• Le milieu rural s’urbanise : des cités fleurissent sans espace de vie à proximité.
• L’espace dédié à l’agriculture et à l’élevage diminue (40 000 ha nécessaires contre 25 000 mis en exploitation actuellement).
• Le nombre de Martiniquais naissant sur notre sol est en diminution par rapport au nombre de naissances des « étrangers ».
• Les surfaces agraires laissées par nos parents disparaissent au profit de constructions, restent dans l’indivision (problèmes !) ou sont en friche.
• Où allons-nous ? que voulons-nous ? Comment réagissons-nous face à ce déclin local et plus largement au déclin climatique ?

Nous reconnaissons que les responsables politiques et administratifs issus de nos rangs, sont coupés de nous donc de leur base : ils subissent, ils sont dispersés et privés des valeurs auxquelles ils adhéraient et plus grave encore, sont exclus de nos vécus sur le terrain. Il est à déplorer que par ce fait, qu’ils fassent comme tous les décideurs en favorisant les nantis au détriment des plus petits. Il nous semble, à ce niveau de réflexion, nécessaire de recenser les anciens (25 sections du CMR dans les années 80 contre 5 aujourd’hui) pour retrouver chez eux et en eux les bons grains à semer. Oui, nous devons travailler à la renaissance du MRJC qui aura pour mission de rajeunir et dynamiser le monde rural. Par le passé, les coups de main et les stages d’éveil humain et économique… ont fait la force des militants d’actions catholiques.
Par ailleurs, les nouveaux ruraux sont livrés à eux-mêmes. Il nous faut aller vers eux, car notre passivité risque de faire disparaître l’âme de leur milieu de vie.

En conclusion, il nous fallait, coute que coute proposer des actions concrètes pour faire une sérieuse entorse aux belles paroles qui ne sont pas suivies d’effet. C’est alors que sans grande difficulté, nous avons unanimement approuvé, et ce, sous le couvert officiel du CMR et via les médias, que nos agriculteurs organisent à tour de rôle sur leur exploitation :

 des séances de coup de main.
 Des invitations à découvrir leurs produits et à les acheter sur place.
 Des débats autour d’un sujet qu’ils dominent parfaitement.

Par ailleurs, le CMR aux forums de divulgation des résultats de campagne d’année (pour 2015 et 2016, le thème est la solidarité) se donne pour mission :

1. De faire aux décideurs martiniquais des propositions concrètes et surtout, de suivre la mise en œuvre des propositions actées par eux.
2. De créer une dynamique autour d’un projet valorisant et porteur d’emplois.

En savoir +

Comment joindre "Chrétiens dans le Monde Rural" ?

Responsable : Monsieur Joseph Lugo

Adresse :
Fonds Gens Libres
97290 Le Marin

Tél./Fax : 05 96 74 83 83

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour