Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/le-christ-roi-de-l-univers

Le Christ, Roi de l’univers

Le point culminant de chaque année liturgique est, pour l’Eglise Catholique, la fête du Christ Roi.
De même qu’il y a une année civile qui commence le 1er janvier et s’achève le 31 décembre ; une année scolaire qui débute en septembre et se termine en juillet ; il y a pour l’Eglise une année dite « liturgique », qui commence le premier dimanche de l’Avent, quatre semaines avant Noël, et s’achève à la fête du Christ Roi de l’univers.


Tout au long de cette année-là, l’Eglise propose à ses fidèles de revivre l’ensemble de l’histoire du salut en célébrant la venue du Christ en notre monde, sa mort, sa résurrection, l’effusion de son Esprit, particulièrement reconnaissable dans la vie de ceux que nous appelons « les saints », au nombre desquels la Vierge Marie tient une place prépondérante.
L’Eglise invite les chrétiens à accueillir Dieu au cœur de leur vie et à participer dans l’espérance, la foi et la charité, à la réalisation du Royaume du Christ.

L’année liturgique n’est pas le simple recommencement d’un cycle, mais plutôt la continuation d’une marche vers l’accomplissement du Jour du Seigneur, quand le Christ reconnu roi par tout l’univers, remettra toute chose entre les mains de Dieu son Père. Dans l’attente de cette Parousie, tout homme est invité à conformer sa vie à celle du Christ dans tous les compartiments de son existence quotidienne.

Fêter la Royauté du Christ, parler de son Règne ou de son Royaume peuvent être perçus aujourd’hui, en notre vingt-et-unième siècle républicain et démocrate, comme des anachronismes ou même des provocations. Mais c’est intentionnellement que le le pape Pie XI institua, le 11 décembre 1925, cette Fête du Christ-Roi qui devint, en 1970, la fête du Christ Roi de l’univers.

A l’époque, il lui fallait réagir contre des idéologies et un pouvoir politique qui avaient l’ambition de régenter la vie des personnes, en leur imposant par la force leur manière de voir et leur haine de la religion, en excluant la foi chrétienne de la société.
Le pape voulait affirmer par cette fête que le Christ Jésus a autorité, comme Dieu, sur toute chose et sur toute personne. Il est roi au sens premier de ce mot qui vient du latin regere qui signifie : régir, assurer une direction, une règle, une rectitude.

Le Christ est le Fils de Dieu, la Parole vivante de Dieu venue s’incarner pour révéler aux hommes l’amour dont Dieu les aime, et leur dire en clair ce qui doit diriger leur vie en lui donnant son vrai sens, c’est-à-dire, sa réussite.
Le Christ est Roi, et il revendique lui-même ce titre comme le montre sa réponse à Pilate lors de sa passion ; mais il ajoute : Mon Royaume n’est pas de ce monde. Si mon Royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs, mais mon Royaume n’est pas d’ici. Je suis né et je ne suis venu dans le monde que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. Pilate lui demande alors : Qu’est-ce que la vérité ? Mais Jésus ne lui dit plus rien.

C’est à chacun de nous de répondre à cette question que le Christ nous pose à chacun ! Il nous faut donc loyalement nous demander : Qu’est-ce que pour moi la vérité ? Quelle est la vérité de ma vie ?
Le Christ nous met sur la piste de la bonne réponse. Par sa vie, sa mort et sa résurrection, il nous fait comprendre que la seule vérité qui soit, c’est l’amour. Pas n’importe quel amour, mais l’amour qui nous fait aimer comme lui nous aime : Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime, disait-il. Le Christ nous a aimés jusqu’à donner sa vie sur la croix pour chacun de nous. Nous sommes dans le vrai lorsque nous écoutons sa voix nous invitant à faire comme lui.

Le Christ est notre Roi lorsqu’il inspire nos actes, dirige nos vies, rectifie nos comportements et nous fait participer à l’extension de son Royaume de paix, de justice et d’amour.
Que le Christ règne dans nos vies de personnes concrètes individuelles et collectives. Que rien ni personne n’ait plus d’importance pour nous que Lui. C’est la grâce que nous devrions demander les uns pour les autres.

Jésus Ressuscité n’est pas un mythe, ni un héros du passé dont l’exemple nous est laissé par l’histoire. Il est le Fils de Dieu qui nous dit aujourd’hui : Je suis la résurrection et la vie. Tout homme qui vit et qui croit en moi, fut-il mort vivra, je le ressusciterai au dernier jour. Croire en lui est une incontournable question de vie.
Lorsque nous croyons absolument en ses promesses, c’est alors qu’il devient notre roi. Il est notre Roi lorsque nous nous laissons convaincre par lui que notre vie n’a de sens que lorsqu’elle accepte de servir aux autres.

Lui, le Christ, que l’on appelait Maître et Seigneur, disait à ses disciples : Je suis au milieu de vous comme celui qui sert. Celui qui veut être le plus grand parmi vous ; qu’il soit le serviteur de tous.
De nos jours de telles paroles sont incompréhensibles pour la majorité des gens. Elles sont cependant lumière et vie, pour celles et ceux qui sont inconditionnellement disciples du Christ.
Rangeons-nous donc sous la bannière du Christ Jésus. Que le Christ soit notre Roi !

+Michel Méranville

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour