Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/restez-en-tenue-de-service-tenez
          Restez en tenue de service, tenez-vous prêts !

Restez en tenue de service, tenez-vous prêts !

Retrouvez le dernier éditorial proposé pour le site diocésain par Mgr Michel Méranville :

c’est le moment des vacances que Jésus choisit pour nous demander de « rester en tenue de service et de garder nos lampes allumées comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces. » Il nous rappelle que nous ne sommes jamais en vacances du point de vue du service !


Sœurs et Frères, la Paix soit avec vous !

Dimanche dernier, le Christ nous disait avec force que ce serait une folie de s’attacher inconsidérément aux biens matériels et de chercher sa sécurité dans l’argent et la richesse. Il nous disait sentencieusement : « La vie d’un homme, fut-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
En ce dix-neuvième dimanche du temps ordinaire, année liturgique « C » l’Église nous fait entendre un message à peu près semblable, mais qui insiste surtout sur la nécessité d’être toujours prêts à accueillir le Christ, dès qu’il viendra frapper à notre porte.
Lisons d’abord, si vous le voulez bien, l’Évangile de ce jour, qui est un passage de la Bonne Nouvelle, selon Saint Luc, au chapitre 12, versets 32 à 48.

Nous sommes à mi parcours du temps des vacances, qui nous invite au repos, à la détente, à un certain assouplissement de nos activités habituelles. Et c’est précisément ce moment que Jésus choisit pour nous demander de « rester en tenue de service et de garder nos lampes allumées comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces. » Il nous rappelle en quelque sorte, que nous ne sommes jamais en vacance, du point de vue du service : « Restez en tenue de service » dit-il. « Gardez vos lampes allumées », « Soyez comme des serviteurs qui attendent le retour de leur maître pour lui ouvrir. »
Ce sont là autant d’invitations à ne pas se relâcher, à ne pas se démobiliser, à ne pas opter pour le désœuvrement, l’inaction, la paresse.

Jésus dit : « Tenez-vous prêts » et il ajoute :« Heureux le serviteur que le maître à son arrivée trouvera en train de veiller. »
Mais pourquoi cette insistance de la part du Christ ? Pourquoi demande-t-il tant à ses disciples d’être des serviteurs vigilants et actifs ? Et de quel service s’agit-il ?
La veille de sa mort, au cours du dernier repas qu’il prenait avec ses disciples, Jésus s’était ceint les reins avec un linge, et une bassine d’eau entre les mains, au grand scandale de ses disciples, il s’était mis à genoux devant eux pour leur laver les pieds.
A ceux , notamment Pierre, qui s’en étonnaient et étaient même scandalisés par ce geste, il avait dit : « Vous m’appelez maître et Seigneur, je le suis en effet. Mais je suis parmi vous comme celui qui sert. » C’est l’exemple que je vous donne . Le disciple n’est pas au dessus du maître. Donc si moi, je suis votre serviteur, vous devez vous aussi être au service les uns des autres.

Le mot « service » est très mal compris aujourd’hui. Il a même une connotation péjorative. Sans doute parce qu’il nous rappelle la condition d’esclaves de la plupart de nos ancêtres. Mais dans la bouche de Jésus, ce mot a une signification théologique même. Parce qu’il exprime sa nature même et pour quoi il est venu dans notre monde.
C’est vrai que le serviteur n’est pas comme le maître. Le serviteur est quelqu’un qui est essentiellement tourné vers les autres et non pas vers soi-même. C’est celui qui même lorsqu’il aura fait tout ce qu’on attend de lui ne peut prétendre à une reconnaissance quelconque, car il n’aura fait que son devoir.

Le Serviteur est celui qui après une lourde journée de travail obéit sans rechigner au maître qui rentre chez lui et lui dit : « Fais la cuisine, dresse la table, sers moi à manger et après tu pourras te reposer… » Son rôle de serviteur, c’est cela : être au service.
Jésus est venu pour servir. Lorsque Saint Pierre veut résumer la vie de Jésus, dans les Actes des Apôtres il dit simplement ceci : « Il est passé en faisant le bien. » Il n’avait pas une pierre ou poser la tête ; il n’a jamais fait de miracle pour lui même, afin d’assouvir sa faim ou d’avoir une vie confortable. Tout ce qu’il a fait a toujours été pour les autres : il leur a tout donné y compris sa vie. Et s’il nous appelle à être ses disciples, c’est pour « servir » comme lui. « Tu nous as choisis pour servir en ta présence » dit une prière eucharistique !
Mais qui devons-nous servir en priorité ? La jeune sainte Jeanne d’Arc répondait à cette question en disant : « Messire Dieu, premier servi. »

Le premier commandement dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, par dessus tout. » Dieu passe avant toute chose, avant toute urgence.
Jésus est Dieu et il affirme très nettement que c’est lui le maître que nous devons servir. Nous devons nous tenir toujours prêts à lui ouvrir à tout moment et à le servir en faisant ce qu’il attend de nous.
Sommes-nous prêts à l’accueillir à tout moment ?
Le Grand Saint Augustin exprimait sa crainte de ne pas ouvrir à Jésus « qui passe et frappe à la porte. »

En ce temps de vacances, accordons-nous une plus grande attention au Seigneur désireux d’entrer dans nos vies et de s’y installer ?
Alors que nous avons trouvé du temps et des moyens pour suivre la course des Yoles, avons-nous trouvé une heure pour nous rendre à la messe dominicale ou à celle qui anticipe le dimanche, le samedi soir ?
Avons-nous cherché quelques moments de silence et de tête à tête avec notre Sauveur pendant la semaine ?
Nous sommes-nous efforcés de lire un chapitre d’Évangile en entier ?
Avons-nous médité un passage de la Sainte Écriture ?

Et puis N’oublions pas que le premier commandement est suivi d’un deuxième qui fait un tout avec lui et qui se formule ainsi : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Jésus faisait lui même un commentaire en disant :
« Ces deux commandements n’en font qu’un. »
« On ne peut prétendre aimer Dieu que l’on ne voit pas, sans aimer son frère que l’on voit » affirme Saint Jean.
Jésus dit d’ailleurs : « Tout ce que vous faites à l’un de ces petits, qui sont vos frères, c’est à moi que vous le faites . »
Dans la fameuse scène du Jugement dernier, selon Saint Matthieu au chapitre 25. Jésus s’identifie à chaque homme. Chacun de nos frères est donc Jésus en personne, qui nous interpelle, au-delà de ses apparences.
C’est dans la personne de nos frères que Jésus veut être reconnu, accueilli et servi.
C’est à travers les évènements, les personnes, les situations diverses que le Christ frappe à nos portes et nous demande d’ouvrir nos cœurs, notre intelligence, notre compte en banque s’il le faut, pour faire un acte de solidarité et de service. Cela, nous le savons, même si souvent nous préférons l’oublier. C’est donc à tout moment que nous devons nous tenir au service de nos frères.

Et puis il y a aussi un moment auquel le Christ nous demande de penser : c’est celui où il viendra frapper une dernière fois à la porte de chacun d’entre nous . Ce sera au moment de ce que nous appelons « notre mort » mais dont le Christ nous parle comme d’un passage de ce monde auprès de Dieu ?
Pensons-nous parfois à ce moment ultime de notre existence ?
Tous les jours nous apprenons le décès inattendu de telle ou telle personne, dans un accident de la route, ou de plus en plus fréquemment à l’occasion d’un AVC , ou d’une embolie pulmonaire … Le jeune âge n’immunise pas nécessairement contre la maladie et la mort. Mais nous ne nous sentons pas concernés, parce que cela arrive toujours aux autres et nous préférons croire que cela ne nous arrivera jamais . Nous adoptons l’attitude de l’autruche qui, paraît-il, enfouit sa tête dans le sable pour ne pas voir le danger qui l’approche.

Mais un jour, et c’est la plus certaine des choses, le Christ frappera à notre porte. Pour reprendre l’image qu’il nous donne, « Il viendra comme un voleur, à l’heure où on l’attend le moins. Et il nous demande d’être prêts.
Demandons lui de nous trouver ce jour-là en tenue de travail, prêts à l’accueillir.

Autrefois les prêtres nous incitaient à penser à nos fins dernières, comme on disait à l’époque. Ce n’était pas pour cultiver l’angoisse ou la peur, mais pour nous rappeler d’une part que nous sommes des passagers sur cette terre que nous devrons quitter un jour. Et d’autre part pour nous dire que nous sommes en marche vers une demeure éternelle où nous attend Notre Père des cieux, celui que nous aimons sans le voir. Il nous a déjà préparé une place. Il nous attend. Nous devons penser de temps à autre à cette rencontre indicible avec lui.
Les premiers chrétiens pensaient à ce jour comme à celui de leur vraie naissance et ils avaient parfois hâte qu’il vienne.

Le fait de ne plus avoir cette perspective nous prive de l’espérance dont nous avons tant besoin dans ce monde de plus en plus désabusé.
« Restez en tenue de service ! Tenez-vous prêts ! Nous dit le Christ. C’est à l’heure où vous y penserez le moins que le Fils de l’Homme viendra. » Nous aurions tort de ne pas prendre au sérieux cet avertissement.
Cependant attendre le Seigneur ne signifie pas se croiser les bras. Travaillons à nous dépouiller de tout ce qui n’est pas essentiel. Acquittons-nous consciencieusement de nos tâches, même les plus banales. Assumons nos responsabilités comme autant de services rendus à nos frères. Faisons grandir notre confiance en Dieu par la méditation de sa Parole et la Prière.

Et que Dieu tout puissant nous bénisse : Le Père, le Fils et le Saint Esprit.
Bon dimanche et Bonne semaine à tous.

En savoir +

Vous pouvez écouter le Mot de l’Évêque sur radio Saint-Louis en vous rendant sur le site internet de RSL : www.radiosaintlouis.com puis en cliquant sur "Réécouter nos émissions", et en choisissant "Le Mot de l’Évêque" et l’émission du 11 août 2013.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour