Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/vingt-ans-apres

Vingt ans après

1994 - 2014

Il est parfois des anniversaires que l’on préfèrerait oublier : tel est celui du début du génocide au Rwanda, qui fit du 7 avril à juillet 1994, plus de huit cent mille victimes.


En cent jours, 800.000 personnes (à titre de comparaison c’est le double de la population de la Martinique), avaient été massacrées.

Pendant quatre mois, chaque jour, environ deux mille personnes avaient été sauvagement exécutées à coups de machettes, par armes à feu, ou par n’importe quel autre moyen, après avoir été pourchassées, vilipendées et abandonnées sans sépulture sur leur lieu d’exécution.

Quel était le crime commis par ces victimes ? Seulement celui d’appartenir à l’ethnie « Tutsie » alors que leurs adversaires , au pouvoir, étaient des « Hutus ».

Le Rwanda, petit pays d’Afrique de l’est, qui compte 26.338 km2 (quand même 26 fois la Martinique) pour une population de 10 300 000 habitants , était appelé « La Suisse de l’Afrique » tant pour sa situation géographique, que pour l’entente entre elles, de ses deux principales composantes ethniques : les Hutus et les Tutsies, majoritairement chrétiennes toutes les deux , priant et adorant le même Dieu .

Que s’est-il passé pour que se déclenche soudain cette folie meurtrière qui appela à l’extermination, à la « solution finale », au « génocide » de l’une des deux composantes de la société Rwandaise ? Vingt ans après la réponse à cette question n’a toujours pas été donnée.

Ce qui reste sidérant, c’est de voir comment un petit pays si calme, dans lequel il faisait si bon vivre, put devenir soudainement un pays dans lequel la moitié de la population se sentit investie d’une vocation de bourreau pour exécuter l’autre moitié.

Ceux qui massacrèrent à coups de machettes leurs voisins, parfois leurs alliés par le biais des unions et mariages entre les deux ethnies, étaient ceux qui participaient ensemble à la messe le dimanche ; c’étaient en outre des « gens biens » dirions-nous à la Martinique, des personnes qui avaient des situations importantes et respectables : des policiers, des enseignants, des magistrats et même des religieux et des religieuses.

On ne pourra jamais donner une explication rationnelle à cette folie sanguinaire. Et même si les puissances coloniales ont leur part de responsabilité, on ne peut en faire les boucs émissaires de ce génocide qui laisse encore pantois quiconque prend le temps d’y réfléchir.

Et c’est la raison pour laquelle, vingt ans plus tard, je pense que les chrétiens et pas uniquement eux, mais tous les hommes de bonne volonté qui vivent en Martinique, ont le devoir de méditer, de s’interroger et de prier à partir de ce qui s’est passé il y a vingt ans au Rwanda. « Quand le feu a pris dans la barbe de ton camarade arrose la tienne » dit un proverbe local.

Ne disons pas trop vite que cela ne pourrait pas se produire en Martinique. Nous savons par expérience combien facilement, le moindre conflit social dégénère en affrontement ethnique. Lors de la grève de 2009, certaines personnes ont failli être lynchées à cause de la couleur de leur peau.

Au Rwanda, les personnes étaient mises à mort à cause uniquement de leur appartenance ethnique. Leurs bourreaux étaient souvent des personnes qui les exécutaient par « devoir », sans animosité spéciale, mais pour sauver leur propre peau. La plupart étaient de respectables familles et des catholiques exemplaires.

Preuve que l’on peut devenir fonctionnaire du crime tout en se prétendant chrétien.
C’est une occasion formidable qui nous est donnée de nous demander : « Mais comment suis-je chrétien ? » ou « Pourquoi ne le suis-je pas ? »

Dans une province du sud du Rwanda, à Kibeho, entre 1981 et 1989, la Vierge Marie, Mère de Dieu s’est manifestée comme elle l’avait fait auparavant à Lourdes, ou à Fatima. Comme lors de toutes ses apparitions, elle se plaignait de l’endurcissement du cœur des hommes et elle les invitait à la conversion.

Le 29 juin 2001, l’Evêque des lieux, Mgr Augustin Misago reconnaissait le caractère surnaturel de ces apparitions. Depuis, Kibeho est devenu un lieu de pèlerinage mais surtout un lieu de guérison des cœurs, de réconciliation et de pardon.

Vingt ans après, lorsqu’on se retrouve, ce n’est certainement pas pour se venger, ou pour se justifier, mais pour avouer humblement n’avoir pas compris le message du Christ qui nous demande simplement de nous aimer comme Lui, nous aime.

Que nous sachions méditer le génocide du Rwanda en unissant notre prière à celle de tous les croyants de ce pays, pour que le Seigneur réalise ce que les forces humaines seules sont incapables de faire : une réconciliation véritable de ce pays.

Que cet anniversaire nous permette aussi de développer le respect mutuel de nos origines, de notre métissage, une meilleure connaissance des uns et des autres, et par la foi que nous avons reçue de nos ancêtres nous ayons la possibilité de re - choisir le Christ et de le suivre dans son infinie charité.
Par l’intermédiaire de la Mère de Jésus qui n’hésite pas à manifester sa présence dans un pays où a coulé tant de sang innocent, que Dieu dont l’amour est tout puissant nous bénisse : Le Père, le Fils et le Saint Esprit.

En savoir +

Informations complémentaires :

Le directeur de la publication par intérim du journal Eglise en Martinique est le père Luc Philippon, déjà Délégué de l’Evêque à l’Information.

Le Nonce Apostolique, pour les Petites Antilles : Monseigneur Nicola GIRASOLI , Délégué du Pape François pour la Province Ecclésiastique Martinique- Guadeloupe- Guyane, est heureux de participer à la Messe Chrismale qui sera célébrée à la Cathédrale Saint Louis de Fort de France le Mercredi 16 avril 2014 à 11 heures précises.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour