Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/la-paix-de-noel

La Paix de Noël


Chers Sœurs et frères,

La Paix de Noël soit avec vous !

Aujourd’hui, c’est Noël. Et Noël est synonyme de naissance.
Puisque Noël c’est Dieu qui vient partager notre condition humaine en s’incarnant dans ce bébé qui nait de la Vierge Marie.
La naissance d’un enfant apporte toujours de la joie à ceux qui l’attendent.

Accueillons donc avec joie la naissance de Dieu parmi nous. Laissons-nous inonder par sa lumière et chantons sa gloire, en lui demandant d’abord de nous accorder sa miséricorde.

Je vous redis le message que les anges adressaient aux bergers le soir de Noël : ils leur disaient :« Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la Ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. »

De nos jours, les Bonnes Nouvelles sont plutôt rares. Les médias ont pris l’habitude de privilégier les catastrophes, les faits divers les plus horribles, dans la mesure où ces informations font sensation, tiennent en haleine et se …vendent bien.

Ces mêmes médias déplorent souvent l’absence de grands hommes qui pourraient juguler la crise financière, inverser la courbe du chômage, donner plus de sécurités aux citoyens. Ils constatent que ce qui fait le plus cruellement défaut à notre époque ce sont des hommes providentiels et charismatiques capables de provoquer le sursaut salutaire dont le monde a tant besoin aujourd’hui.

Et voici que l’Évangile nous annonce cette bonne nouvelle : un Sauveur vous est né dans la ville de David : C’est Jésus que nous appelons aujourd’hui « Christ ». Cette annonce n’est pas un conte de fée. Elle n’est pas non plus la récupération du culte païen du soleil invaincu, que l’on célébrait à l’occasion du solstice d’hiver.

C’est l’annonce de la réalisation de l’événement le plus considérable de toute l’histoire de l’humanité : car il s’agit du moment où Dieu tient sa promesse de faire définitivement Alliance avec les hommes, en s’incarnant, en devenant l’un d’entre nous en la personne de son Fils Unique.

Noël, c’est Dieu venant habiter parmi les hommes en épousant totalement leur condition humaine : Il a pris chair de la Vierge Marie et il est né à Bethléem, aux temps du roi Hérode, au cours du recensement décidé par Quirinius, gouverneur de Syrie.

Ce sont des anges, donc des envoyés de Dieu, qui annoncent l’incroyable nouvelle, à des bergers qui faisaient paître leurs troupeaux dans les environs.

Les bergers, c’étaient à l’époque des pauvres parmi les pauvres. Des personnes peu considérées et souvent méprisées.
Ce sont eux qui ont le privilège de l’annonce des anges et non pas les puissants ou les riches de ce monde, qui refuseront d’ailleurs de croire en la nouvelle.

Et les anges disent aux bergers : « Voilà le signe qui vous est donné : Vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Noël c’est cela : une mangeoire, un enfant, et près de cet enfant sa mère Marie et Joseph l’époux de Marie.
Pas d’apparat autour. Pas de déploiement de puissance et de force. Pas de luxe : Dieu a choisi la pauvreté, le dénuement. Il a dédaigné les honneurs et la considération des hommes, celle qui vient de l’étalement de la richesse, du prestige, de la notoriété, de l’exercice du pouvoir.

Pour nous parler, Dieu nous donne le signe d’humilité le plus éloquent qui soit : Il se présente non pas comme le créateur et le maître tout puissant de l’univers, ce qu’il est, mais comme un enfant nouveau-né, fragile, qui attend des hommes d’être nourri, habillé, protégé , éduqué. Dieu va jusqu’à dépendre des hommes pour sa protection. C’est inouï !

Cependant cet enfant est signe de joie et d’espérance. Car dans sa pauvreté et sa fragilité, il permet à la bonté et l’amour de Dieu d’éclater. Personne ne peut contempler cet enfant sans se dire : « Voilà donc jusqu’où est allé l’amour de Dieu pour nous. »

Et c’est cette preuve incroyable de son amour qui peut changer nos cœurs et transformer nos vies. La joie de Noël n’est pas dans la commercialisation de cette fête et la surconsommation qui en résulte. Elle n’est pas dans la profusion des cadeaux ou l’étourdissement de réveillons qui se transforment parfois en beuveries.

La joie de Noël réside toute entière dans le message que nous adresse l’enfant qui repose sur la paille d’une crèche, car cet enfant est le Fils de Dieu, par qui tout a été fait. Ce n’est que dans le recueillement, la méditation , la prière et la foi que nous pouvons comprendre et accueillir son message.

Il nous invite à croire en la proximité de Dieu avec chacun de nous. Quelle que soit notre histoire, quelle que soit notre condition actuelle.
Il nous dit que Dieu est avec nous. Il ne peut pas ignorer nos souffrances, nos solitudes, nos deuils. Il est avec nous même si nous avons du mal à le croire ; même si nous ne voulons pas le savoir.

Mais cet enfant nous invite, en contre partie, à nous dépouiller de nos fausses richesses et de nos fausses sécurités.
Il nous dit que le bonheur n’est pas dans les plaisirs qui nous étourdissent et nous aliènent.

Il nous demande d’écouter sa parole, de lui faire confiance et de lui ouvrir notre vie. Car il n’est pas venu pour nous empêcher de vivre mais, au contraire, pour nous aider et nous rendre libres et heureux.
Il nous apprend qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir et nous suggère d’en faire l’expérience aujourd’hui même, dès maintenant.
Souvent notre vie s’essouffle à vouloir accumuler des richesses que nous dilapidons et que de toute manière nous n’emportons pas avec nous dans la tombe.

Noël,au contraire, c’est Dieu qui se dépossède de ses prérogatives divines, qui se fait pauvre pour nous rendre riches de son amour et de sa vie.

Puissions-nous apprendre, à son exemple, « qu’aimer c’est tout donner et se donner soi-même » comme disait si bien la petite Thérèse de l’Enfant Jésus.

Ce qui donne son vrai sens à notre vie c’est la volonté de rendre à Dieu un peu de l’amour qu’il nous manifeste en cette nuit en aimant nos frères de notre mieux.

Puisse cette fête de Noël nous rendre plus solidaires et respectueux les uns envers les autres, avec une option privilégiée pour les plus pauvres d’entre nous.

Soyons les uns pour les autres un reflet de la bonté de Dieu parmi nous.

Saint Augustin écrivait : « Homme, éveille toi : pour toi, Dieu s’est fait homme. Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera. Pour toi, je le répète, Dieu s’est fait homme. » Écoutons ce message et réveillons-nous !

Bon Noël à tous !

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur terre aux hommes qu’il aime. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour