Eglise catholique de Martinique
http://martinique.catholique.fr/petit-hommage-a-un-grand-homme
        Petit hommage à un Grand Homme ( I )

Petit hommage à un Grand Homme ( I )

En cette année où l’on célèbre le centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, Michel Ange Amar a réuni plusieurs témoignages et des textes du poète lui-même, permettant de découvrir un Césaire méconnu, celui qui est relié aux autres par un amour qui prend sa source dans le Dieu de Jésus-Christ tel que sa mère le lui avait fait découvrir dans son enfance et qu’il n’a jamais oublié. C’est en tant que poète et chrétien que Michel-Ange lui rend ici cet hommage singulier. Ces textes, destinés par l’auteur à être mis en scène dans une présentation théâtrale, ont été repris sous une autre forme pour être présentés sur ce site.


Première partie : témoignages choisis par Michel Ange.

Le premier témoignage est celui de Monseigneur Michel Méranville, archevêque de la Martinique :

« La Martinique est orpheline : Aimé Césaire s’est éteint ! Aimé Césaire, c’est bien évidemment ce géant de la littérature, ce poète universellement connu et respecté.
C’est aussi assurément cet homme politique dont la carrière extraordinairement longue et féconde a pesé d’un poids nouveau sur le présent et l’avenir de notre île.
Mais c’est surtout un père dans sa volonté jusqu’à son dernier soupir de faire un peuple a qui il voulait donner un idéal, une fierté.
C’était aussi un prophète au sens biblique du terme à la manière de Moise en l’Exode qui écoute Dieu lui dire : « j’ai vu mon peuple en Egypte, j’ai connu sa souffrance ! Maintenant je t’envoie le libérer. » Aimé Césaire a vu et ressenti dans sa chair la souffrance du nègre méprisé asservi exploité colonisé dans son humanité il a voulu être ce cri vivant de négritude qui libère des chaines d’aliénation les peuples damnés de la terre celui qui arrache les damnes de la terre de leur aliénation rétablit ce peuple dans sa dignité et lui offre l’exaltante mission d’apporter sa pierre au chantier de l’humanité.
Contrairement à certaines assertions, Aimé Césaire était croyant, baptisé(*)…. et si ses choix l’ont parfois opposé à l’Église en tant qu’institution il a par contre toujours exprimé de la révérence et du respect envers cette Église et pour le message de l’Évangile.
[Aujourd’hui, nous pouvons] Prier pour lui et rendre grâce à Dieu pour l’œuvre accomplie par son intermédiaire.
Dieu dit à son propos : « Toi qui as combattu au service des plus démunis et des plus pauvres qui a donné sa vie au service de son pays , entre dans la joie de ton maitre que tu as servi de ton mieux car tout ce que tu as fait pour tes frères c’est à moi que tu l’as fait… »
Mgr Michel Méranville +

(*) « je me rappelle, il lisait Dante dans le texte. C’était un garçon extraordinaire, se posant des tas de questions métaphysiques. » disait Senghor cité par Mme J.Darsières in « Le progressiste » hors série 2008

Le second témoignage est celui d’un prêtre africain, l’abbé Séverin Yaovi VOEDZO, prêtre ayant effectué un remplacement au Robert :

« J’ai connu Aimé Césaire au cours de mes études secondaires en littérature africaine. Le Seigneur m’a fait la grâce de le rencontrer l’été dernier (à l’occasion d’un séjour en remplacement du père curé sur la paroisse du Robert) pour le connaitre de plus près et échanger avec lui au sujet de mon projet de recherche sur sa pensée théologique.

L’entretien qu’il m’a accordé était riche de témoignage de foi. La foi que sa chère maman lui a transmise et qu’il n’a jamais perdue, me confia-t-il. C’est cette foi qui a créé une proximité permanente entre lui et la Bible, l’une de ses sources d’inspiration ajouta-t-il. J’ai eu le privilège de savoir ainsi la place de la Parole de Dieu dans sa vie et surtout l’influence de la Personne de Jésus-Christ, notre frère et notre sauveur, sur sa vie et ses engagements.

S’il n’a jamais reculé ni démissionné face aux persécutions des responsables administratifs d’alors, c’est en raison du témoignage des prophètes et surtout de Jésus-Christ dont il se nourrissait. Certes, il a reconnu et confesse ses réserves par rapport à l’Église, surtout les relations des hommes de l’institution ecclésiale : évêque et prêtres avec le pouvoir en place. Mais a l’instar d’un curé dont il était proche parce que celui-ci était un vrai témoin du Christ, il a toujours vu en Christ le modèle de l’homme a imiter et a suivre m’a-t-il dit.

C’est le lieu et le moment de témoigner qu’Aimé Césaire est un modèle atypique de chrétien anonyme engagé. A l’intérieur et au fond de lui-même, il vivait un martyr permanent. Il a beaucoup souffert dans sa chair ce qui manque à la souffrance du Corps du Christ : l’Église. En tant que baptisé, c’est-a-dire prêtre, prophète et roi, Aime Césaire a toujours engagé sa vie au service de la vérité car seule la vérité libère l’homme. Toute sa vie n’a été qu’un combat pour la vérité et l’amour.

Ce n’est pas que la Martinique qui a perdu un être cher, un fils mais c’est le monde entier, mieux encore l’Afrique, qui vient de perdre un ami, un frère, un défenseur des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Toute sa vie, Aimé Césaire a lutté pour le respect de l’homme. Par son engagement, il s’est consacré pour la reconstruction de l’humanité blessée, brisée, violée et anéantie. Avec sa plume, Aimé Césaire a ouvert à l’homme un chemin de rupture avec la violence et la cruauté. A travers sa plume, l’humanité est invitée à se réconcilier avec elle-même et son Créateur en redécouvrant le projet initial de Dieu pour la famille humaine.

Toute sa vie Aime Césaire a voulu être un homme de justice et de paix …. Il est et restera une figure symbolique et prophétique pour tous les hommes et femmes épris de justice et de paix.

L’invitation du Père éternel, faite a Aimé Césaire en ce temps de Pâques, est un signe providentiel qui nous rassure qu’il est réellement entré dans la Pâques de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il a célébré sa Pâques en répondant généreusement à son Dieu : Me voici ! Amen ! En recevant le saint baiser de l’Esprit Saint, il a tout remis entre les mains de Celui en qui il a tout. Ainsi a-t-il plu a notre Dieu Père, source de la vie de combler, Aime Césaire, vaillant serviteur de la vie, de la grâce de la résurrection de son Fils Jésus-Christ, en qui nous avons la vie en abondance.
Aime Césaire nous quitte mais il ne nous abandonne pas. Il nous laisse un héritage riche en densité et en intensité : ses multiples œuvres comme pour être toujours en compagnie avec nous.

Daigne Dieu le récompenser davantage en suscitant, aujourd’hui et dans les générations futures, de vaillants fidèles héritiers de ses patrimoines spirituel et culturel. Qu’il nous donne la grâce de réaliser vraiment cette ambition pour continuer la mission qu’il a confiée a son serviteur Aime Césaire et devenir ainsi réellement membres actifs de la génération Aime Césaire.

A la famille Césaire, la Martinique, aux amis (es) africanistes et a tous celles et ceux qui sont affectés par ce deuil, mes sincères condoléances et assurance renouvelée de mes prières.

Abbé S. Y. Voedzo

Bien sûr, de nombreux Martiniquais ont aussi donné leur témoignage sur Aimé Césaire, l’ homme, tout simplement, et aussi l’élu du peuple :

« …ce qui me frappait surtout, c’était son respect de l’autre, des autres. Son amour fou de sa terre de son pays de son peuple et comme il aimait à le dire, des « petites gens »… Mme J J-R sa secrétaire particulière
(in « le progressiste » hors série2008)

« …Respect pour le message si profondément humaniste et libérateur de la négritude dépouillée de tout négrisme sommaire, mais porteuse de toutes les espérances pour le monde noir et pour l’homme en général ; son refus du racisme et de la xénophobie…. » L-L Valère (ibid)

Pour d’autres dimensions, le voici prophète, à la voix belle et chaleureuse, voyant et visionnaire, fondateur de ville guerrier du peuple… » Pour se plonger au profond des noires misères de son peuple, et, par-delà, rejoindre le nègre fondamental, embrasser les mamelles de Mère-Afrique, renouer avec le lait nouveau d’un vrai langage. Le langage de la liberté, de la fraternité-et de l’émerveillement, de la découverte…
Il s’agit de signifier l’essentiel de l’inessentiel des choses du monde ; de prouver l’homme par ses valeurs et de justifier dans un monde inhumain, cassé par un impérialisme cupide, le racisme, la violence, le terrorisme d’état ou religieux, et la domination des uns sur les autres…
… « Ma mère cessa ses pleurs, courut se blottir entre les bras de cet homme, qui s’avérait être Aimé Césaire…petit homme frêle en costume arrivé jusqu’à notre case par des sentiers boueux et escarpés… aujourd’hui je sais que AC aurait dit au représentant des force des de l’ordre que s’ils comptaient détruire la case de mes parents, qu’il fallait le détruire lui aussi… D.Renay (ibid)

« … Et c’est un noir qui est non seulement un noir mais tout l’homme qui en exprime toutes les interrogations, toutes les angoisses, tous les espoirs et toutes les extases et qui s’imposera de plus en plus …comme le prototype de la dignité humaine… » C. Lapoussinière (ibid)

« Césaire pour toujours…il n’y aura pas d’autres comme lui.. »…Voilà ce qu’on entend de la bouche de ce peuple orphelin.

M.C de Texaco : « je louais une case derrière le garage Renault à Pont de chaînes on m’a dit que l’on prenait des places ici, je suis venu barrer un emplacement et quand Monsieur Césaire est venu il a passé son ceinturon de maire et il a dit les gens vous faites des petites maisons faites donc de bonnes maisons…

Des terrains appartenant à de grandes familles sont vite occupés (Trénelle, Terres Sainville Volga… alors Césaire va leur rendre leur dignité d’hommes et de femmes leur donner du pain de l’eau mais aussi l’instruction pour leurs enfants, en construisant des écoles par dizaines, les accompagner dans leur quotidien : Mme A se souvient : « y’avait pas d’eau ici, fallait se lever tôt pour aller chercher depuis 5 heurs du matin y’avait pas de chemin et c’est M ML qui nous donnait de l’eau , on se battait pour avoir de l’eau, pour laver…

Un jour M Césaire est venu il a dit : "ça c’est bêtises", il a fait la route, il a mis une fontaine et c’est pour cela que les gens d’ici n’ont plus jamais manqué d’eau.. »

Mme A : « Monsieur Césaire a fait beaucoup de choses, il a aidé beaucoup de mères de famille qui étaient dans le besoin, moi j’ai 9 enfants , mais si aujourd’hui je mange un pain avec mes enfants c’est grâce à A C, il m’a permis de sortir du Marin de trouver un logement et un endroit pour travailler…
Même pour les 16 de Basse-Pointe, on ne voulait pas qu’ils y reviennent Césaire a donné à tous du travail… ».

M C a la fierté de raconter : » et si leurs enfants ont pu aller à l’école et devenir des hommes et des femmes responsables c’est grâce à C… « Une fois M Césaire est venu et a dit à ma femme : »pourquoi vous n’envoyez pas les enfants à l’école ? On n’a pas d’argent ! a-t ‘elle répondu et alors, Césaire a pris de sa poche et lui a donné 500f.

..MP. notable était devenu directeur de Texaco et il avait mis des chaînes pour empêcher le passage... Tout le monde est allé voir Césaire qui est venu a passé sa ceinture d’élu et dit :
- « je prends la responsabilité de ce peuple ».
- On va nous traîner au tribunal !
Darsières a dit :
-  « je suis là pour vous défendre ».

L’injustice, l’humiliation, voilà les combats… M C poursuit :
- « si ce n’était Césaire, personne n’habiterait ici .MR avait dit de foutre dehors tout le monde pour faire un site touristique »…

Tous disent ton accessibilité et ton écoute presque paternelles. Pas un chantier, pas une rue sans qu’on t’y voie : « lorsque M. Césaire passait, nous l’appelions Mr le maire ! Mr le maire ! Il arrêtait son auto et descendait…
Mr le maire ! Mr Césaire ? Mais c’est le Bon Dieu qui t’a envoyé pour nous, il n’y a rien que nous t’ayons demandé et que tu n’as essayé de mettre la main » …
A Fort de France, en Martinique il n’y aura plus quelqu’un comme ça ! »

Mme Coco avec ses enfants autour d’elle : « quand j’ai connu A.C., j’avais 14 ans, j’habitais morne Abélard et j’attendais d’avoir la majorité pour voter pour lui… »
« Nous avons été les premières à faire de la pâtisserie ambulante et Césaire m’a permis d’avoir une place au marché et m’a toujours soutenue... »
De cette proximité sont nées des amitiés et le ciel est témoin que tu as toujours été fidèle à tes engagements, à la famille.
B. se souvient de ce lien proche avec A.C. : « ma maman allait chez lui tous les samedis et dimanches avec le chauffeur… j’ai travaillé avec mon mari et mes enfants, mais c’est grâce à Mr Césaire que je suis parvenue là où je suis … lorsque la fête des pères arrivait, nous allions acheter des cadeaux pour lui. Il faisait partie de la famille… »
L’homme exceptionnel que tu es est devenu dans la bouche de ton peuple « un messie »… Ils sont conscients de ton sacrifice parfois au détriment de ta famille et de tes enfants… (ibid.)

Aimé Césaire le dit bien lui-même : « Et si demain les Martiniquais doivent garder un souvenir de moi, je souhaite que ce soit simplement celui d’un homme qui les aimait et, avant toute chose se sentait membre de leur communauté. »

N’est-ce pas là le sentiment que l’on peut retenir à la lecture de tous ces témoignages ?

Michel Ange AMAR

En savoir +

La seconde partie de cet hommage sera publiée sur ce site prochainement.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Radio Saint Louis en direct

Ma paroisse en un clic


Radio Saint-Louis

Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Eglise de France

Dieu m'est témoin

Saint(s) du jour

Lectures du jour