Le temps qui passe !


Informations

vendredi 1 janvier 2015
Diocèse de Martinique

Le nouvel an est fêté le 1er janvier, le huitième jour après Noël, quand bien même chaque jour de notre vie voit commencer une nouvelle année et que chacun peut avoir sa date de nouvel an : son anniversaire, celui de son mariage ou de sa consécration, la rentrée scolaire, les soldes, une fête religieuse… En tout cas, avec le 1er janvier vient le temps des rétrospectives et des bilans, et le temps des vœux pour l’année qui vient. Ainsi, lorsqu’arrive notre nouvelle année, le temps passé et le temps futur se donnent rendez-vous dans nos réflexions et méditations personnelles : de couple, de groupe, de famille, de paroisse.

Comme si, en début d’année, le temps se chargeait d’une dimension nouvelle. Il continue à passer inexorablement et, malgré nos gesticulations, nous ne pouvons l’arrêter ni refuser ce que nous apporte le "Chronos". Rappelons-nous que le Chronos était une divinité de la mythologie grecque qui dévorait ses enfants. Dans une autre tradition, il était représenté par un vieillard ayant des ailes noires, portant une faux et un sablier : il annonçait la mort et le vieillissement.

Voilà donc ce qu’apporte le temps. C’est pourquoi, sans l’Espérance chrétienne, le temps futur fait peur ; il est chargé d’inquiétude. Le monde est sans cesse hanté par cette question : Que va-t-il nous arriver ? un cyclone ? un tremblement de terre ? une maladie ? un échec ? un divorce ? une catastrophe ?

Si le temps futur fait peur, on pourrait se tourner vers le passé. Ah, le bon vieux temps, avec ses souvenirs ! Mais ce temps passé n’est pas mieux, il est parfois chargé de nos regrets, de nos blessures, de nos péchés. A cette lourdeur existentielle s’ajoute le poids invisible, mais non insensible, des crimes, petits et grands, commis par nos ancêtres, dont nous portons une mémoire mystérieuse, une trace qui paraît indélébile. Finalement, en nous penchant sur le temps écoulé, sur l’année écoulée, et en faisant la balance entre nos réussites et nos échecs, nous expérimentons notre faiblesse, à quel point nous ne pouvons par nous mêmes, comme dit Jésus, rendre un seul de nos cheveux noir ou blanc.

Le moment du début d’année est donc un moment difficile pour lequel le monde ne nous propose que la fuite en avant. Une fuite dans la distraction et la consommation. Les gens s’évertuent à souhaiter de « joyeuses fêtes », comme s’il n’y avait rien d’autre à souhaiter que de « joyeuses fêtes de fin d’année ». Elles doivent être d’autant plus « joyeuses » que, pour beaucoup d’hommes et de femmes, ces « fêtes » ne célèbrent pas un moment heureux. Elles viennent servir d’antidote à la tristesse, aux remords, aux inquiétudes, aux blessures et aux peurs. « Mangeons et buvons car demain nous mourrons ! »

Pour les disciples du Christ, ces fêtes ne sont pas des fêtes de « fin d’année », mais des célébrations pour accueillir Celui qui est venu, qui vient et qui reviendra dans le temps : le Verbe de Dieu. Nous ne sommes pas naïfs sur les maux passés et les menaces de l’avenir. Mais nous savons, car nous l’avons vu et entendu, nous l’avons touché de nos mains et accueilli parmi nous », que le temps de nos vies a été, est et sera sauvé par la venue du Fils de Dieu. C’est pourquoi, remplis de cette foi, nous disons et nous proclamons au monde les richesses de notre histoire, la purification de ce monde : « N’ayez pas peur et Bonne Année ! »

+ David Macaire

Archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France

Dans la même catégorie

  • Diocèse de Martinique

    Proposez un service !

    C’est un titre volontairement ambivalent : il veut dire « prenez un service dans l’Église » mais aussi « proposez à quelqu’un de servir ». Le [...]

    lundi 26 février 2024
    Mots de l'évêque

  • Diocèse de Martinique

    Rangez votre chambre... et changez vos coeurs !

    C'est un signe qui ne trompe pas ! En dehors des enfants et des adolescents qui ne sont pas encore éduqués, des adultes qui n'ordonnent pas leur [...]

    vendredi 16 février 2024
    Mots de l'évêque

  • Diocèse de Martinique

    Bénissez, ne maudissez-pas

    Soyez unis les uns aux autres par l’affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres. (…) Bénissez ceux qui vous persécutent ; [...]

    samedi 27 janvier 2024
    Mots de l'évêque