Il ne suffit pas de mettre du piment !


Informations

samedi 22 octobre 2022
Diocèse de Martinique

Il ne suffit pas de mettre du piment dans un plat pour dire que c’est de la gastronomie antillaise ! » … Danielle Laguère, restauratrice martiniquaise sur Bordeaux, se plaisait à préparer les recettes de la tradition antillaise en valorisant les goûts des produits de notre terroir. Elle se plaignait de certaines personnes qui, sous prétexte de préparer de la cuisine des îles, se contentaient de mettre du piment en quantité dans une marmite de poisson à la sauce tomate pour prétendre préparer un court-bouillon !

Il en est de même pour l’inculturation dans l’Église Catholique. Elle consiste à exprimer la foi universelle au moyen de notre culture particulière. Il ne suffit pas qu’un quidam compose des chants en créole ou traduise (avec des formules approximatives) à partir du français des passages de la messe ou de l’Écriture sur un rythme cadencé pour dire que c’est un travail d’inculturation. De même que le court-bouillon de Mme Laguère demandait une préparation longue et minutieuse, le travail d’inculturation est long, progressif, communautaire et même contemplatif !

Le professeur Saffache faisait remarquer que l’urbanisation des villes et campagnes qui s’est réalisée en quelques décennies chez nous avait pris des siècles dans d’autres pays de vieille civilisation. L’inculturation aussi ne se fera pas en un jour, ni même en une génération…

Voilà deux pistes majeures de l’inculturation à laquelle l’Esprit et l’Église nous appellent au nom même de l’Incarnation du Seigneur Jésus (Lui-même totalement immergé dans sa culture).

1° Rester Catholique, c’est-à-dire « universel », pour tout homme et toute femme. Les particularités de chaque culture ne doivent en aucun cas être considérées comme un singularisme, mais au contraire comme un enrichissement de la culture commune. Contrairement à la mondialisation, le catholicisme ne cherche pas à noyer toutes les cultures dans la culture occidentale ! Les catholiques d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique n’ont aucun complexe par rapport à l’Europe pour être à la fois pleinement catholiques (accueillant tout homme et toute femme) et pleinement incarnés dans l’expression de leur foi ! L’inculturation se doit absolument de faire en sorte que tout catholique se sente « chez lui » quand nous célébrons la foi de tous, selon notre culture !

2° Éviter la vulgarité. Si nous croyons que notre culture mérite des lettres de noblesse, alors nous seuls pouvons le montrer ! Le sacré n’est pas le profane, il n’est pas vulgaire. Il ne faut pas confondre culture et folklore ! Si les célébrations créoles sont systématiquement des « ouélélés » à mi-chemin entre un vidé et un zouk, on dira que notre culture est incapable d’élever l’âme vers la contemplation et ne sert qu’à exciter les sens. Si nos traductions ne sont que des périphrases approximatives, faites à partir du français (au lieu des langues originelles !) ça prouvera que le créole n’a pas la capacité d’exprimer les subtilités spirituelles… Un vrai travail de linguistes et de théologiens est nécessaire. Il y a parfois des interprétations si mauvaises des chants de la messe (Gloria, Sanctus, Agnus Dei…) qui me font honte, même si je comprends l’effort de ceux qui les mettent en œuvre.

Pour finir, je voudrais louer le travail de « Bèlè Légliz ». Les prêtres et les laïcs qui ont entrepris cette œuvre ne sont globalement tombés dans aucun des pièges que je viens de souligner. Cela doit faire notre fierté : l’usage adapté des percussions (le tambour, bien utilisé, est un excellent instrument liturgique, beaucoup plus que la batterie souvent invasive et qui ne fait pas partie de notre culture !), la qualité spirituelle des traductions, la centralisation sur l’Écriture Sainte et le travail de technique musicale en vue de produire du sacré sont à l’honneur de notre culture et de notre Église Catholique.

+ Fr David Macaire, Archevêque
de Saint-Pierre et Fort-de-France

Dans la même catégorie

  • Diocèse de Martinique

    Faites confiance à vos prêtres !

    …Comme Jésus leur a fait confiance.*

    lundi 22 avril 2024
    Mots de l'évêque

  • Diocèse de Martinique

    Devenez prêtres !

    D’après saint Jean-Bosco (1815-1888), grand éducateur de jeunes, un garçon chrétien sur trois serait appelé par Dieu à devenir prêtre. Nous sommes [...]

    lundi 8 avril 2024
    Mots de l'évêque

  • Diocèse de Martinique

    Souriez ! Redonnez le sourire ! C’est Pâques !

    Ainsi, tout en « partageant les angoisses de ce temps (…) n’abandonnons pas pour autant une très ferme espérance » (GS N°82). Il devient donc urgent, [...]

    vendredi 22 mars 2024
    Mots de l'évêque