Eglise catholique de Martinique
https://martinique.catholique.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=310&lang=fr

Agenda



Retraite Consolation Toussaint 2021

 

22 octobre 2021 par Michel DEGLISE

Le Père Patrick-Alexis Phanor et la communauté de la cathédrale Saint-Louis vous proposent de participer à la retraite de Toussaint les 1er et 2 novembre 2021.

Temps de retraite au Sanctuaire de la cathédrale Saint-Louis

Respect des gestes barrières obligatoire

Plus d’information :

https://www.podcastics.com/podcast/episode/presentation-retraite-de-toussaint-2021-101792/

CONTACTS : P. Patrick-Alexis PHANOR (07 67 38 38 69)

Paroisse Saint Louis de la Cathédrale de Fort-de-France,
1 rue Abbé Lecornu, 97200 Fort-de-France



 


Rencontre de l’Aumônerie Nationale des Antilles et de la Guyane le 11 novembre 2021

 

15 octobre 2021 par Michel DEGLISE

Chaque année, le 11 novembre, l’Aumônerie Nationale des Antilles et de la Guyane (ANAG) organise une célébration à l’église St Sulpice dans le 6e arrondissement de Paris. Des centaines d’Antillo-Guyanais de tous âges, venant d’Ile de France mais aussi de province se retrouvent avec les évêques de Martinique, Guadeloupe et de Guyane.

En 2020, en raison de la pandémie, cette rencontre n’avait pu avoir lieu. Aussi, c’est avec une grande joie que nous vous annonçons que la rencontre aura bien lieu cette année !

Cette journée est organisée par l’aumônerie Antilles-Guyane. Depuis septembre dernier, le coordinateur de l’aumônerie est Mgr Jean-Yves Riocreux, évêque-émérite de Basse-Terre. Il succède au Père Marcel Crepin qui est retourné en Martinique.

Tous les Antillais et Guyanais sont invités à prendre part à ce rassemblement du Jeudi 11 Novembre à Saint Sulpice, la plus grande église de Paris.

- 13 H Accueil des participants

- 13 H 30, témoignages des Antillais et Guyanais du diocèse de Créteil, impliqués dans la vie de leur diocèse.

- 14h30, Mgr David Macaire, archevêque de Fort de France (Martinique) et Administrateur du diocèse de Guadeloupe, présidera l’Eucharistie, entouré de Mgr Michel Dubost, administrateur du diocèse de Cayenne, d’évêques, prêtres et diacres. Cette célébration sera animée par une chorale composée principalement de jeunes.

L’Aumônerie Nationale Antilles Guyane

• Assure un service d’accueil, d’écoute, d’accompagnement et de formation des Antillais et Guyanais vivant (ou de passage) en France métropolitaine. Elle aide ceux qui le souhaitent à consolider leur foi. Elle n’a pas pour mission de se substituer aux paroisses. Sa mission est d’aider les antillais et guyanais à s’insérer dans la vie des communautés locales et à prendre une part active dans l’annonce de l’Evangile et dans la vie de l’Eglise.

• En lien avec les diocèses et des groupes de prière, elle organise des rencontres, des pèlerinages, des "Chanté Nowel"….Le temps fort de l’année est le rassemblement du 11 novembre.

Adresse : 5,bis rue Mouzaïa 75019- Paris
Tél. : +33 (0)9 87 35 32 33
Email : aumonerieag chez gmail.com



 


Tous Frères, nouvelle émission sur Martinique la 1ère tv le dimanche matin

 

23 octobre 2021 par Michel DEGLISE

L’émission Dieu m’est témoin que vous avez suivie pendant 8 ans laisse la place à un nouveau programme ! TOUS FRÈRES est le magazine chrétien à la rencontre des religions d’Outre-mer. Cette nouvelle émission fait le lien entre différentes communautés, cultures et manières de vivre la foi selon les territoires.

LE RENDEZ-VOUS SPIRITUEL DES CHRÉTIENS D’OUTRE-MER

Inspirée de l’encyclique Fratelli Tutti du pape François, Tous Frères aura comme axe principal la fraternité et l’amitié sociale, basée sur la connaissance de l’autre. Ce nouveau programme est la promesse d’un dialogue entre les religions qui cohabitent dans tous les territoires. Chrétiens, musulmans, hindous, juifs… d’ici et d’ailleurs, ensemble : Tous Frères en Outre-mer.

Chaque émission se déclinera autour d’un « verbe » qui sera comme un chemin de fraternité qui donne une indication, un sens, une signification. Nous commencerons par les verbes soigner, habiter, marcher, remercier.

L’émission de 30 minutes sera rythmée par des reportages tournés au cœur des territoires, des portraits et des témoignages authentiques, ainsi qu’un regard interreligieux.

Nous sommes heureux de vous présenter l’équipe de cette nouvelle émission qui sera diffusée tous les week-end sur Martinique la 1ère à partir du 17 octobre, à 5h30. Elle sera également présente sur le digital (réseaux sociaux et site internet). Nous espérons que Tous Frères vous plaira et que vous la fassiez connaître dans vos réseaux.

Pour incarner cette nouvelle émission, Tous Frères sera co-animée par les journalistes Nora Nonet et Aurélie Payet. Luciano Legros présentera la chronique « Le raconteur d’histoire ». Valérie Lusang, qui a collaboré pendant 7 ans à l’émission Dieu m’est témoin, assure désormais la rédaction en chef de ce nouveau programme. Frère Marc-Antoine Bêchétoille, dominicain, intervient comme conseiller éditorial.

Dimanche 24 octobre : Habiter

Tous Frères consacre son émission au verbe habiter. L’histoire du jour sera celle de Zachée et son désir d’être habité par Jésus dans l’Evangile. Un reportage sera dédié aux bénévoles de la Fondation Abbé Pierre à La Réunion, qui œuvrent pour offrir un toit aux familles démunies. Des habitants de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe témoigneront ensuite de leur fierté d’habiter le quartier de Vatable, réaménagé collectivement par les riverains. Connectée depuis la Guyane, sœur Véronique Joseph racontera ses missions effectuées en Outre-mer et ses différents lieux de vie. Nous verrons enfin que les divinités de la religion hindoue n’habitent pas que dans les temples, mais également au sein des familles.



 


Vêpres solennelles du dimanche soir

 

25 octobre 2021 par Michel DEGLISE

Mgr David Macaire présidera les Vêpres solennelles du dimanche à la cathédrale Saint-Louis dimanche 31 octobre 2021 à 17h00, en raison du couvre-feu fixé à 19h. Ces vêpres sont chantées par l’ensemble vocal Robert Huré dirigé par le Père Patrick-Alexis Phanor et animées par les séminaristes.

Vous retrouvez les Vêpres solennelles en direct sur Radio Saint Louis le dimanche soir à 17h00 depuis leur reprise le 3 octobre 2021.

Programme des Vêpres

- 17h00 - 18h00 : Office des Vêpres, exposition du Saint-Sacrement et salut au Saint-Sacrement.

Cet office du soir est célébré quand le jour baisse déjà, " afin de rendre grâce pour ce qui, en ce jour, nous a été donné, ou pour ce que nous avons fait de bien ". De plus, la prière que nous faisons monter " comme l’encens en présence du Seigneur " et dans laquelle " l’élévation de nos mains " devient comme " le sacrifice du soir " constitue un rappel de la rédemption.

Ce sacrifice " peut cependant être compris dans un sens encore plus sacré, comme le véritable sacrifice du soir, soit en tant qu’il est transmis par le Seigneur, notre Sauveur, aux Apôtres lors de la Cène, quand il inaugurait ainsi les mystères saints et sacrés de l’Eglise ; soit comme le sacrifice du soir qu’il a offert au Père le jour suivant, c’est-à-dire à la fin des temps, par l’élévation de ses mains, pour le salut du monde entier ".

Enfin, pour diriger notre espérance vers la lumière qui ne connaît pas de crépuscule, " nous prions et demandons que la lumière revienne sur nous, nous demandons l’avènement du Christ qui doit nous apporter la grâce de la lumière éternelle ".

A cette heure-là nous unissons notre voix à celle des Églises d’Orient en invoquant la " Joyeuse lumière de la sainte gloire du Père céleste et éternel, le bienheureux Jésus Christ ; parvenus au coucher du soleil, en voyant la lumière du soir, nous chantons Dieu, Père, Fils et Esprit Saint... ".

Déroulement de l’office :

L’office du soir commence par le verset d’introduction : " Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours ", que suit le " Gloire au Père " avec " Au Dieu qui est... " et "Alléluia " (qu’on omet en Carême).

Aussitôt après, on chante ou on dit l’hymne qui convient. Le rôle de l’hymne est de donner à chaque Heure ou à chaque fête sa tonalité propre, et de rendre plus facile et plus joyeuse l’entrée dans la prière, surtout quand la célébration se fait avec le peuple.

Après l’hymne, vient la psalmodie.

La psalmodie de l’office du soir est constituée d’ au moins deux psaumes (ou de deux sections d’un psaume trop long) appropriés à cette heure et à une célébration avec le peuple, et d’un cantique tiré des épîtres ou de l’Apocalypse.

La psalmodie achevée, on fait une lecture, soit brève, soit relativement longue.

La lecture brève est choisie suivant le jour, le temps ou la fête. Elle doit être lue et écoutée comme une véritable proclamation de la parole de Dieu.

Cependant, au gré du célébrant, et surtout quand il y a participation du peuple, on peut choisir une lecture biblique plus longue, tirée soit de l’office de lecture, soit des textes lus à la messe, choisie surtout parmi celles qui n’ont pu avoir lieu pour différents motifs. Rien n’empêche non plus de choisir parfois une autre lecture, mieux adaptée.

Lorsque la célébration se fait avec le peuple, on peut y ajouter, quand cela semble indiqué, une brève homélie pour faire mieux comprendre cette lecture.

Après la lecture ou après l’homélie, si on le juge bon, on peut observer un temps de silence.

Pour répondre à la parole de Dieu, un chant responsorial ou répons bref est proposé, qu’on peut omettre si on le juge bon. On peut cependant le remplacer par d’autres chants répondant à la même fonction et appartenant au même genre, du moment qu’ils sont dûment approuvés pour cet usage par la Conférence épiscopale.

On dit ensuite solennellement, avec son antienne, le cantique évangélique, c’est-à-dire le soir le cantique de la Bienheureuse Vierge Marie, le Magnificat. Ces cantiques, maintenus par l’usage séculaire et populaire de l’Église romaine, expriment la louange de la rédemption et l’action de grâce. L’antienne de Benedictus et celle de Magnificat sont suggérées par la nature du jour, du temps ou de la fête.

Le cantique terminé, le soir on dit des intercessions.

Après ces prières ou intercessions, le " Notre Père " est dit par tous.

Le " Notre Père " est suivi par l’oraison de conclusion, qu’on trouve au psautier pour les féries ordinaires et au propre pour les autres jours.

Enfin, si la présidence est exercée par l’évêque, un prêtre ou un diacre, c’est celui-ci qui congédie le peuple par la salutation " Le Seigneur soit avec vous " et la bénédiction comme à la messe, suivie par l’invitation " Allez dans la paix du Christ " et la réponse " Nous rendons grâce à Dieu ".

- Quand il y a adoration eucharistique et salut au Saint-sacrement, c’est au moment de la psalmodie (3ème psaume) que le Saint-Sacrement est exposé à l’adoration de tous.

A la fin de l’adoration, le célébrant encense l’hostie, si elle est exposée sur un ostensoir, pendant que l’on chante un chant eucharistique ; il prononce une oraison et, revêtu du voile huméral, donne la bénédiction du Saint-Sacrement, c’est-à-dire qu’il fait le signe de la croix sur les fidèles avec l’ostensoir.

Le Saint-Sacrement est ensuite reposé dans le tabernacle.



 


Catéchèses de Mgr Macaire

 

28 octobre 2021 par Michel DEGLISE

Mgr David Macaire interrompt pendant un mois son cycle de catéchèses consacré à "La Fin du monde", après la sixième catéchèse donnée lce mercredi 27 octobre 2021. Vous pouvez retrouver ces catéchèses en rediffusion en radio à 9h et 18h30 chaque jeudi, ou sur la chaîne Youtube de Radio Saint Louis quand vous le souhaitez. Reprise des catéchèses prévue le : mercredi 1er décembre 2021.

- Pour suivre la catéchèse sur les ondes :

Webtv Saint Louis : http://webtv.radiosaintlouis.com

Webradio Saint Louis : http://radio.radiosaintlouis .com

Facebook : http://facebook.com/radiosaintlouis

Youtube : www.youtube.com/user/rsl972

Pourquoi les Catéchèses de l’Archevêque ?

C’est dans le cadre de la charge d’enseignement qui appartient aux évêques, que Mgr David Macaire a souhaité créer ce rendez-vous hebdomadaire auquel il convie les fidèles diocésains : pendant un enseignement d’une heure, chaque mercredi, il se propose de commenter le Catéchisme de l’Eglise Catholique, que le Saint Pape Jean-Paul II a publié à la fin du siècle dernier, ou encore une encyclique ou un texte du pape François ou de ses prédécesseurs, afin de l’éclairer et d’en faciliter la compréhension pour tous.

Ne ratez pas ces Rendez-vous du mercredi à l’église Emmaüs, diffusés en direct sur radio Saint Louis et en rediffusion sur radio Massabielle (Guadeloupe), radio Saint-Gabriel (Guyane), mais également sur radio Espérance (radio catholique de la Région de Saint-Etienne), sur radio Maria (Région de Toulon), sur Radio RCF Méditerranée et sur Radio Notre Dame !

Programme

- A partir de 18h, habituellement et en dehors de la pandémie du coronavirus, le mercredi, à l’église Emmaüs, temps de louange et de prière,animé par Misericordia, Elan d’Adoration (Notre Dame de la Trinité), Tony et Maggy et Vie Partage.

- A 18h 30 : Catéchèse de Mgr Macaire, diffusée en direct sur Radio Saint Louis (99.5, 101.3, 105.3 Mhz sur la bande FM en Martinique, ou sur internet : www.radiosaintlouis.com et sa webtv). Enseignement : 30 mn, pause musicale : 5 mn et questions-réponses : 25 mn.

- A 19h30 : bénédiction finale et nouveau temps de louange à l’église.

Pour ceux qui n’ont pu suivre ces catéchèses du mercredi, radio Saint Louis en propose la rediffusion le jeudi dans le cadre de l’enseignement du jour :

- le matin, de 9h à 10h.

- le soir de 18h30 à 19h30.

Vous pouvez également écouter cette émission, quand vous le voulez, sur le site http://service.radiosaintlouis.com/cathechese_eveque/



 


Service diocésain de la Pastorale familiale

 

6 octobre 2021 par Michel DEGLISE

Découvrez l’actualité du Service de la Pastorale familiale en 2021 et les missions de l’une des douze grandes pastorales du diocèse : la Pastorale familiale. Rentrée d’octobre 2021

C’est la rentrée ! ...

Le Service Diocésain de la Pastorale de la Famille et le père Bannais
Invitent
Tous les membres
des Pastorales Familiales des Paroisses

Le Samedi 16 octobre 2021 de 8h30 à 12h30
à l’église de SAINT-JOSEPH – rue Eugène Maillard
pour une matinée de travail, suivie par une célébration eucharistique
présidée par Père Wilfried BANNAIS.

Votre présence est importante car vous êtes le relais d’Eglise
indispensable auprès de nos familles.

Les gestes barrières et le masque restent obligatoires en raison de la crise sanitaire.

Juin 2021

Chères Familles,

« Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Ac 1, 8

« Esprit de Pentecôte, souffle de Dieu, souffle d’Amour, emporte-nous dans ton élan »
« Esprit de Lumière, Esprit Créateur, restaure en nous, la joie, le feu, l’espérance, pour témoigner de ton Amour immense »

Comme les apôtres a qui Jésus avait promis le Paraclet, nous aussi nous l’avons attendu, nous avons préparé nos cœurs dans la prière, la louange, l’adoration.

Oui, à la Pentecôte nous avons été remplis d’une « Puissance, venant du Père » : c’est l’Esprit-Saint qui nous a comblés de ses dons pour que nous portions du fruit.

-  Don de Piété, pour Prier, Louer et Adorer
-  Don d’Intelligence, pour Comprendre la Parole
-  Don de Science, pour Reconnaître Dieu dans nos vies
-  Don de Sagesse, pour Goûter la Présence de Dieu
-  Don de Conseil, pour Discerner, voir clair en soi et dans les autres
-  Don de Crainte de Dieu, pour s’Humilier et Glorifier Dieu
-  Don de Force pour Témoigner et Persévérer même dans l’épreuve.

Et maintenant, « comme l’eau d’un ruisseau, Ta Présence coule en nous ».
« Pleins de Force, pleins d’Amour et Pleins de Gloire », nous sommes des créatures nouvelles.

Seigneur, tu nous appelles à te suivre ; que notre engagement soit ferme et fervent. Guide-nous sur un chemin de sainteté, pour vivre pleinement sous l’action de ces dons reçus.
Equipés de tous les charismes, nous sommes prêts pour notre mission d’évangélisation pour l’édification d’une Eglise fraternelle.
L’Esprit-Saint nous envoies annoncer au monde que le Christ est Vivant et que c’est lui qui nous fait vivre. Il est là au cœur de nos vies, quelles qu’elles soient. Nous sommes tous appelés à la même espérance.

Et en cette période électorale, que nous puissions exercer notre discernement et notre responsabilité pour prendre part à la construction d’une société qui promeut le bien commun.

Thème de l’année : « La Famille selon le cœur de Dieu »

Réflexion du mois : La vie en Dieu de la Famille

Article 8 : Le Dimanche

Selon le Catéchisme de l’Eglise Catholique :

Art 1166 (Extrait) : » L’Eglise célèbre le mystère Pascal, en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la Résurrection du Christ, chaque huitième jour, qui est nommé à bon droit le jour du Seigneur, ou dimanche. Le jour de la Résurrection du Christ est à la fois « le premier jour de la semaine », mémorial du premier jour de la création, et le « huitième jour où le Christ, après son repos du grand Sabbat, inaugure le » jour que fait le Seigneur », le « jour qui ne connaît pas de soir ». Le repas du Seigneur et son centre, car c’est ici que toute la communauté des fidèles rencontre le Seigneur ressuscité qui les invite à son banquet.
Le jour du Seigneur, le jour de la Résurrection, le jour des chrétiens, et notre jour. C’est pour cela qu’il est appelé le jour du Seigneur : car c’est ce jour-là que le seigneur est monté victorieux auprès du père. [….]

Art. 1167 (extrait) : Le dimanche est le jour par excellence de l’Assemblée liturgique, où les fidèles se rassemblent pour que, « entendant la parole de Dieu et participant à l’eucharistie, ils fassent mémoire de la Passion, de la Résurrection et de la Gloire du Seigneur Jésus, en rendant grâce à Dieu qui les a régénérés pour une vivante espérance par la Résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts ». […..]

Mai 2021

" Chères Familles,

Nous poursuivons notre chemin vers Pentecôte !!

Le SDPF nous propose de marcher en famille. Le Christ ressuscité nous précède, il vient vers nous. Allons à sa rencontre. Mais peut-être avons-nous peur ? Cette parole de Jésus peut nous libérer : « la paix soit avec vous ». Ces mots d’espérance nous invitent à lever les yeux vers le ciel même lorsque les difficultés de la vie nous angoissent. Car le Christ ressuscité marche avec nous, il nous invite à le suivre. Car il est le bon Pasteur, le vrai Berger qui donne sa vie pour ses brebis.

Ce mois de mai s’ouvre avec la figure de Saint Joseph, patron des travailleurs, et Dieu nous appelle à l’Amour. « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jean 15,12) Il envoie son fils pour faire alliance avec nous ; son amitié nous est offerte. Il nous amène à porter un regard d’amour sur nos frères et sœurs dans l’église au-delà de toutes différences. A tous l’Esprit Saint est promis.
« Un Esprit d’audace pour témoigner, un Esprit de discernement pour choisir le chemin de vérité et un Esprit de force pour traverser les épreuves »
« Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre ! »

Soyez bénis.

Thème de l’année :

« La Famille selon le cœur de Dieu »

Réflexion du mois : La femme et l’homme
Article 7 : L’éducation commune

Selon « Amoris Laetitia :

Art. 174 : En réalité, « les mères sont l’antidote le plus fort à la diffusion de l’individualisme égoïste […] ce sont elles qui témoignent de la beauté de la vie ». Sans doute, « une société sans mères serait une société inhumaine, parce que les mères savent témoigner toujours, même dans les pires moments, de la tendresse, du dévouement, de la force morale. Les mères transmettent souvent, également, le sens le plus profond de la pratique religieuse : [par] les premières prières, [par] les premiers gestes de dévotion qu’un enfant apprend […]. Sans les mères, non seulement il n’y aurait pas de nouveaux fidèles, mais la foi perdrait une bonne partie de sa chaleur simple et profonde. […] Très chères mamans, merci, merci pour ce que vous êtes dans la famille et pour ce que vous donnez à l’église et au monde ».

Art. 176 : Dieu place le père dans la famille pour que, par les caractéristiques précieuses de sa masculinité, « il soit proche de son épouse pour tout partager, les joies et les douleurs, les fatigues et les espérances. Et qu’il soit proche de ses enfants dans leur croissance ; lorsqu’ils jouent et lorsqu’ils s’appliquent, lorsqu’ils sont insouciants et lorsqu’ils sont angoissés, lorsqu’ils s’expriment et lorsqu’ils sont taciturnes, lorsqu’ils osent et lorsqu’ils ont peur, lorsqu’ils commettent un faux pas et lorsqu’ils retrouvent leur chemin ; un père présent, toujours. Dire présent n’est pas la même chose que dire contrôleur ! Parce que les pères qui contrôlent trop anéantissent leurs enfants ». Certains parents se sentent inutiles ou superflus, mais la vérité est que « les enfants ont besoin de trouver un père qui les attende lorsqu’ils reviennent de leurs erreurs. Ils feront tout pour ne pas l’admettre, pour ne pas le faire voir, mais ils en ont besoin ». Il n’est pas bon que les enfants soient sans parents et qu’ainsi ils cessent prématurément d’être enfants

Selon la Bible :

Dt. 6,5-7 : Tu aimeras le seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force. Ces paroles que je te donne aujourd’hui resteront dans ton coeur. Tu les rediras à tes fils, tu les répéteras sans cesse, à la maison ou en voyage, que tu sois couché ou que tu sois levé.

Ep. 6,4 : Et vous, les parents, ne poussez pas vos enfants à la colère, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspiré par le Seigneur.

Col. 3 ,20 : Vous les enfants, obéissez en toute chose à vos parents ; cela est beau dans le Seigneur.

He 12,10-16 ; 10) Les leçons que nos parents nous donnaient en croyant bien faire n’avaient qu’un effet passager. Mais celle de Dieu sont vraiment pour notre bien : il veut nous faire partager sa sainteté. 11) Quand on vient de recevoir une leçon on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse. Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice.
14) Rechercher activement la paix avec tous et la sainteté sans laquelle personne ne verra le Seigneur. 15)Soyez vigilants : que personne ne se dérobe à la grâce de Dieu, qu’il ne pousse chez vous aucune plante aux fruits amers, cela causerait du trouble et beaucoup en seraient infectés ; 16) qu’il n’y ait pas de débauché ni de profanateur, comme Esaü qui vendit son droit d’aînesse en échange d’un seul plat.

Feuille de route de la famille

Eduquer les enfants selon l’Evangile dans l’Amour de Dieu, le respect de soi-même et du prochain
Item Questions pour cheminer
1. Les parents chrétiens veilleront à éduquer les enfants à faire le bien et le reconnaître, à rechercher ce qui est Beau et à rendre un culte à la Vérité.

2. Ils proscriront et apprendront à leurs enfants à proscrire absolument ce que Dieu condamne : les modes scandaleux, les tenues et maquillages inconvenants et sexy, les musiques et les jeux électroniques obscènes et violents, l’invocation des esprits, la pornographie, la fornication, l’usage des stupéfiants, les paroles mal-élevées et le commérage, les sorties dans les milieux malpropres, les mensonges.
3. Ils enseigneront les sens du sacré, du partage, de la fête, de la gratuité dans les rapports humains, du pardon, de l’effort et du sacrifice.

4. Ils apprendront, par l’exemple, à leurs enfants à prendre soin des pauvres et des miséreux, à ne pas se moquer des personnes différentes, à accueillir les étrangers, à prendre soin des prêtres, à visiter les malades et les personnes isolées. - Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres à s’émerveiller, respecter et prendre soin de la création ?

- Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres à proscrire absolument ce que Dieu condamne ?

Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres à exprimer un désaccord, un avis différent de manière bienveillante et bienfaisante plutôt que de critiquer et de juger ?

Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres à exercer une autorité de service qui prend soin de celui qui m’est confié pour le faire grandir où j’utilise un pouvoir pour dominer et soumettre ?

Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres de demander pardon et de pardonner ?

Est-ce que je pratique et j’enseigne aux enfants et aux autres recherchez la vérité, le sens du partage, l’attention aux pauvres ?

Actualités

• Formation « Amoris Laetitia » : Redécouvrir Amoris Laetitia, la mettre en pratique
o Module 2 : jeudi 27 mai 2021 de 7h45 à 10h00
o Lien pour l’inscription :
• Prochaine Emission RSL du vendredi 07 mai 2021 de 20h à 22h
o Le thème : La Pentecôte des Familles
• Le SDPF est l’invité de Michel sur RSL : Vendredi 14 mai 2021 de 11h à 12h
o
• La Pentecôte des Familles : « Mon Eglise, ma Famille « 
o Démarche de préparation pour accueillir l’Esprit Saint pendant 7 semaines du 5 avril au 22 mai 2021
 Préparer les fidèles à bien vivre la journée de Pentecôte des Familles
o Journée « Pentecôte des Familles » en paroisse, le samedi 22 mai 2021
 Permettre aux fidèles de recevoir l’Esprit-Saint dans une communion fraternelle

Avril 2021

" Chères Familles,

Alléluia ! Christ est ressuscité. Il a vaincu la mort. Il est VIVANT pour toujours !!

Avec le couvre-feu imposé, nous avons vécu la Pâque autrement, avec des changements d’horaire et une réorganisation des célébrations. Mais le Christ, seul Maître du temps, était bien présent pour nous faire passer des ténèbres à la Lumière.

Et avec Lui, nous entrons dans le temps pascal qui nous conduit jusqu’à Pentecôte :
-  50 jours pour fêter pleinement la Résurrection du Christ et se préparer à l’effusion de l’Esprit Saint.
-  7 semaines marquées par la Joie du Christ Ressuscité, du triomphe de la Vie et de l’Amour.
« Dieu n’abandonne pas l’humanité, il lui donne son Esprit ». C’est l’évènement fondateur de l’Eglise, le cœur de la Foi chrétienne.

Pendant ces jours, nous sommes invités à disposer nos cœurs à l’accueil de l’Esprit Saint, pour entrer véritablement dans une Pentecôte personnelle, une Pentecôte pour notre paroisse et pour le monde entier.

Le Service Diocésain de la Pastorale Familiale (SDPF) vous propose un temps de préparation, à vivre en paroisse, pour accueillir l’Esprit Saint le dimanche de Pentecôtes, dans une communion fraternelle.

Le projet « Mon Eglise, ma Famille » vous donnera des pistes, que vous adapterez à vos réalités paroissiales, pour mener des actions en faveur des familles.

Ce dimanche de Pentecôtes sera aussi l’ouverture de l’Année Famille Amoris Laetitia pour notre Diocèse. Une année pour diffuser et mettre en pratique l’exhortation apostolique du Pape. Nous vous communiquerons au fur et à mesure les outils qui seront mis à disposition par le Dicastère.

Thème de l’année :

« La Famille selon le cœur de Dieu »

Réflexion du mois : La femme et l’homme
Article 5 : Le ministère de chaque parent
Selon Amoris Laetitia (extraits) :

Art. 274 : « La Famille est la première école des valeurs où on apprend l’utilisation correcte de la liberté. Il y a des tendances développées dans l’enfance qui imprègnent l’intimité d’une personne et demeurent toute la vie comme une émotivité favorable à une valeur ou comme un rejet spontané de certains comportements. [….]
Dans le milieu familial, on peut aussi apprendre à discerner de manière critique les messages véhiculés par les divers moyens de communication sociale.

Art. 275 : « La Famille est le lieu de la première socialisation, parce qu’elle est le premier endroit où l’on apprend à se situer face à l’autre, à écouter, à partager, à supporter, à respecter, à aider, à cohabiter. La tâche de l’éducation est d’éveiller le sentiment du monde et de la société comme foyer, c’est une éducation pour savoir « habiter » au-delà des limites de sa propre maison. Dans le cercle familial, on enseigne à revaloriser la proximité, l’attention, la salutation. C’est là qu’on brise la première barrière de l’égoïsme mortel pour reconnaître que nous vivons à côté d’autres, avec d’autres, qui sont dignes de notre attention, de notre amabilité, de notre affection. [………]

Art. 285 : « L’éducation sexuelle devrait inclure également le respect et la valorisation de la différence, qui montre à chacun la possibilité de surmonter l’enfermement dans ses propres limites pour s’ouvrir à l’acceptation de l’autre. Au-delà des difficultés compréhensibles que chacun peut connaître, il faut aider à accepter son propre corps tel qu’il a été créé, car une logique de domination sur son propre corps devient une logique, parfois subtile, de domination sur la création. […] La valorisation de son propre corps dans sa féminité ou dans sa masculinité est aussi nécessaire pour pouvoir se reconnaître soi-même dans la rencontre avec celui qui est différent. De cette manière, il est possible d’accepter joyeusement le don spécifique de l’autre, homme ou femme, œuvre du Dieu créateur, et de s’enrichir réciproquement. […..]

Feuille de route de la famille

Assurer son rôle de maîtresse de maison et de chef de famille

Item

-  Le ministère d’une mère de famille chrétienne constitue d’abord à faire participer tous les membres de la famille aux choix qui concernent la vie familiale. Elle est l’animatrice de l’esprit de joie et de confiance. Elle éduque les filles à la maturité sexuelle et affective dans un dialogue serein et profond. Elle dirige la vie domestique et guide tous les membres à une véritable hygiène sanitaire et alimentaire.

-  Le ministère d’un père de famille chrétien est de mettre en œuvre les moyens nécessaires au bien de sa famille et de chacun de ses membres. En exerçant, sans faiblesse son autorité paternelle à l’image de Dieu, il permet à chacun des membres de vaincre les passions qui pourraient les blesser (paresses, jalousies, violences, gourmandises, sensualités, désespoir et orgueil). Il apprend aux garçons la maturité affective et sexuelle. Il enseigne à tous un certain sens de l’économie et de la pauvreté évangélique.

Questions pour cheminer

Comment comprenez-vous le mot « ministère » pour parler du rôle des parents ?

Le ministère de mère et de père de famille est-il bien visible dans la famille ?

En qualité de parent, suis-je disposé, formé et disponible pour éduquer les enfants à la maturité sexuelle et affective ?

Comment je conçois et j’accueille que le ministère de mère de famille chrétienne consiste d’abord à faire participer tous les membres de la famille aux choix qui concernent la vie familiale ?

Comment je conçois et j’accueille que le ministère de père de famille chrétienne est de mettre en œuvre les moyens nécessaires au bien de sa famille et de chacun de ses membres ?

Actualités

• Formation « Amoris Laetitia » : Redécouvrir Amoris Laetitia, la mettre en pratique
o 1er module : jeudi 08 avril 2021
o Lien pour l’inscription : https://formationamorislaetitia2021-visio.venio.fr/fr

• Prochaine Emission RSL du vendredi 07 mai 2021 de 20h à 22h
o Le thème : Pentecôte des Familles

• La Pentecôte des Familles : « Mon Eglise, ma Famille « 
o Démarche de préparation pour accueillir l’Esprit Saint : pendant la semaine 16 : Les Dons de l’Esprit et la semaine 18 : Les Fruits de l’Esprit

 Préparer les fidèles à bien vivre la journée de Pentecôte des Familles
o Journée « Pentecôte des Familles » en paroisse, le dimanche 23 mai 2021

 Permettre aux fidèles de recevoir l’Esprit-Saint dans une communion fraternelle

Mars 2021

Février 2021

" Chères Familles,

Alors que l’année 2021 est consacrée à Saint-Joseph, le Pape décrète aussi une année « Famille Amoris Laetitia, qui débutera le 19 mars (fête de Saint-Joseph), date où l’église célèbrera le 5ème anniversaire de la publication de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia sur la beauté et la joie de l’Amour familiale. Cette année se terminera le 26 juin à l’occasion de la 10ème rencontre mondiale des Familles qui aura lieu à Rome avec le Pape.

Cette crise sanitaire nous a révélée l’importance du rôle de la famille au sein de notre société et de l’église. Elle mérite donc une année de célébration afin « de leur faire expérimenter que l’évangile de la famille est une joie qui remplit le cœur et la vie toute entière » (AL 200)

Le Pape appelle les diocèses, les paroisses, les mouvements et associations de familles à prendre des initiatives pour vivre concrètement la richesse de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia.

Et pour démarrer cette année de la Famille, le diocèse vous propose un chemin de conversion à vivre concrètement pendant le Carême 2021 autour des 5 essentiels qui sont : la prière, la fraternité, la formation, le service et l’évangélisation.
Le SDPF vous présentera prochainement son programme pour cette année de la Famille, mais d’ores et déjà il vous invite à la réflexion sur « la joie d’avoir un don et d’être un don pour l’église et la société », un don « qui peut devenir lumière dans l’obscurité du monde » (AL 66)

-  le thème de l’année : la famille selon le cœur de Dieu

Réflexion du mois : La femme et l’homme

Article 4 : La vocation féminine et masculine
Extrait d’articles d’Amoris Laetitia

12. Mais Jésus, dans sa réflexion sur le mariage, nous renvoie à une autre page de la Genèse, le cha¬pitre 2, où apparaît un admirable portrait du couple avec des détails lumineux. [……] Le premier est l’inquiétude de l’homme qui cherche « une aide qui lui soit assortie » (vv. 18.20), capable de combler cette solitude qui le perturbe et qui n’est pas comblée par la proximité des animaux et de toute la création. [.....] C’est la rencontre avec un visage, un ‘‘tu’’ qui reflète l’amour divin et est « le principe de la fortune, une aide semblable à l’homme, une colonne d’appui », comme dit un sage de la Bible (Si 36, 24). Ou bien comme s’exclamera la femme du Cantique des Cantiques dans une merveilleuse profession d’amour et de don réciproque : « Mon bien-aimé est à moi, et moi à lui […]. Je suis à mon bien-aimé, et mon bien-aimé est à moi ! » (2, 16 ;

55. « L’homme revêt un rôle tout aussi décisif dans la vie de la famille, en se référant plus particulièrement à la protection et au soutien de l’épouse et des enfants. Beaucoup d’hommes sont conscients de l’importance de leur rôle dans la famille et le vivent avec les qualités spécifiques du caractère masculin »

Feuille de route de la famille

Être une femme joyeuse qui sait louer et un homme paisible qui sait prier

Item

-  Une femme selon le cœur de Dieu fait preuve de maturité spirituelle, affective et humaine. Elle sait louer Dieu et le remercier en toute occasion, ne se plaint pas, se montre forte et reste dans la confiance malgré les difficultés. Ses principales qualités sont l’organisation et l’accueil.

-  Un homme selon le cœur de Dieu est un homme mature spirituellement, affectivement, socialement et humainement. Il sait prier Dieu pour lui exprimer les besoins de sa famille. Il sait travailler. Il est maître de lui, calme et posé. Ayant dépassé ses égoïsmes, il est prêt à se sacrifier pour son épouse et ses enfants.

Questions pour cheminer

Comment je vis le fait d’être homme, d’être femme ?
Est-ce simple ou compliqué ? Pourquoi ?
Quel est mon modèle d’homme, de femme ?
A qui je peux m’identifier ?
A qui je ne veux pas ressembler ?
Quelle est l’idée que je me fais d’un homme, d’une femme ?

Actualité :

• Carême 2021 : Une conversion missionnaire - du 17 février au 27 mars

o Pour connaître et vivre concrètement les 5 essentiels

 Parole de Dieu
 Adoration et eucharistie
 Missionnaires entre nous
 Missionnaires vers les autres
 Avec Saint-Joseph

Vœux 2021

Chères Familles,

L’année 2020 est arrivée à son terme avec toujours ces difficultés sanitaires et sociales. Beaucoup de familles vivent dans la crainte du lendemain, dans la douleur de l’éloignement, dans la hantise de la maladie. Certaines personnes tombent dans le désespoir !

Cette fin d’année pleine de morosité ne doit pas nous faire perdre notre joie, reçue de Jésus à Noël.

Tous ensembles, conduit par l’Esprit-Saint,avec discernement, confiance et persévérance entrons dans la mission d’accompagner chaque personne, de soutenir toutes les familles à vivre l’aujourd’hui dans la foi, l’espérance et la charité.

L’Exhortation Apostolique « Amoris Laetitia » du Pape François, nous invite à la Joie dans les Familles.
C’est pour le Pape, « comme une proposition aux familles chrétiennes, pour les stimuler à valoriser les dons du mariage et de la famille, et à garder un amour fort et nourri de valeurs, telles que la générosité, l’engagement, la fidélité ou la patience. »

Qu’en cette année 2021, nous puissions continuer à encourager les familles à être des lieux de Paix et d’Amour.

Que toutes les familles trouvent dans le Christ la force de construire des foyers solides et féconds selon le plan de Dieu.

Belle et Sainte Année 2021.

- Retrouvez les vœux des districts et des différents mouvements de la Pastorale :

- Retrouvez aussi le diaporama :

Retour sur le mois de décembre 2020

Cette année 2020 a été, à de nombreux titre une période difficile pour beaucoup. La pandémie du COVID 19 et les dispositions sanitaires mises en place ont bousculé notre quotidien des familles dans tous les champs, personnel, familial, professionnel, social, ecclésial…

Cliquez sur l’icône ci-dessous pour découvrir la suite

PASTORALE FAMILIALE : ACCOMPAGNER ET PROTEGER LES FAMILLES

La Pastorale Familiale est l’une des 12 grandes pastorales du diocèse. Elle englobe à la fois des réseaux, des services, des œuvres et des mouvements dans un esprit de communion et de motivation de tous les charismes. Elle est animée par un couple de laïc « Responsable Diocésain » et d’un prêtre « Délégué Diocésain » nommés par l’évêque.

La Pastorale Familiale est un service diocésain de l’Église catholique, dont l’objectif est : de soutenir les personnes dans leur vie affective, familiale et conjugale à la lumière de l’Évangile et de l’enseignement de l’Église, d’accompagner les familles dans toutes les situations pour les aider à vivre leurs engagements.

Bien que fortement attaquée actuellement, la famille est encore plébiscitée par beaucoup, elle présente aujourd’hui des visages très divers : heureuse ou abimée par la vie, classique, recomposée ou monoparentale...

Accompagner ces familles dans leur diversité, aux jours de joie comme dans l’épreuve, est une mission importante de l’Église, le service diocésain de la pastorale familiale se veut un lieu d’écoute des réalités et évolutions que vivent les familles d’aujourd’hui.

Le Service Diocésain de la Pastorale Familiale est un organe de réflexion et de d’actions en direction des familles. Il est également au service des Mouvements d’Église et des paroisses pour fédérer, coordonner et construire des ponts entre les différents acteurs et soutenir les initiatives destinées aux familles.

- Dans le diocèse, la Pastorale Familiale est animée par le Service Diocésain de la Pastorale familiale (SDPF). Il est composé de 7 membres.

Le délégué Diocésain : Père Wilfried BANNAIS, les responsables Diocésains : Josette et Robert MACENO, les membres : Célia et Gary GERMANY, Sandra et Jocelyn VALBON, Colette LEMY).

Il rassemble également une dizaine de pastorales et mouvements

ENJEUX : « UNE ÉGLISE PLUS FAMILIALE ET DES FAMILLES PLUS ECCLESIALES ».

L’enjeu pastoral général du diocèse de Martinique pour la famille vise à « accompagner et protéger les familles pour leur permettre de vivre selon le cœur de Dieu ».

L’objectif attendu est « d’avoir une Église plus familiale et des familles plus ecclésiales ».

Il s’agit pour les acteurs de la Pastorale Familiale d’œuvrer pour que les familles puissent l’expérience de la relation au Christ ressuscité.

OBJECTIF : CAP 2025 « BATIR LA CIVILISATION DE L’AMOUR EN MARTINIQUE »

Dans sa lettre pastorale aux prêtres et aux responsables Diocésains de septembre 2020, l’évêque propose comme vision commune, comme dynamique générale pour le diocèse de Martinique, pour les 5 prochaines années, de créer plus d’unité dans les paroisses, le diocèse et la société de Martinique.

Sur le plan opérationnel, l’objectif particulier assigné pour 2025 à la Pastorale Familiale vise à créer plus d’unité entre les personnes, dans les familles, les paroisses, le diocèse, la société de Martinique. Il s’agit pour tous les serviteurs et pour ceux de la Pastorale de familiale, également de chercher à « Bâtir la Civilisation de l’Amour en Martinique » comme nous y invite l’évêque dans le plan pastoral CAP 2025.

Durant les 5 prochaines années, ensemble, ayons à cœur de construire de « ponts ».
Pour cela, deux orientations, vivre les 5 essentiels et mettre en œuvre les 4 résolutions.

Prions Dieu le père pour que nous soyons serviteurs de l’Evangile comme Jésus s’est fait serviteur obéissant à la volonté du Père. Il s’est livré par amour pour nous.
Tournons-nous vers les autres avec amour et miséricorde

MOT DE LA PASTORALE FAMILIALE

Ce mois de novembre 2020, s’est ouvert avec une nouvelle phase de confinement lié au COVID 19, et dans un climat d‘attentat terroriste meurtrier. Contexte difficile qui invite à la fermeture, à l’isolement, à la méfiance de l’autre est anxiogène, et beaucoup se laisse gouverner par un sentiment de peur.

La parole de Dieu rappelle aux chrétiens, en Rm 8,15 « Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! »

Alors choisissons avec encore plus de détermination, dans ces temps troublés de nous laisser conduire par Jésus vers le royaume du Père. Résolument chassons la peur de notre vie car, nous le savons, la peur ne vient pas de Dieu.

Le regard porté sur la situation actuelle du monde et de notre église peut faire peur en effet. La réponse que nous donne notre évêque avec insistance, est claire : retournons à la messe.

La décision gouvernementale d’interdire la messe durant ce « confinement » ne doit pas nous détourner du salut. Elle doit nous inciter à faire preuve d’audace dans notre vie, pour garder la foi, l’espérance et la charité.

La famille est ce lieu ou l’amour peut et doit s’expérimenter à la lumière de l’Evangile. Comme lors du premier confinement, que nos familles deviennent de véritable Eglise domestique où l’Evangile est vécu en vérité.

Prions pour que cette période de tension, soit l’occasion pour les familles de construire l’unité par la prière.

ACTUALITES

• Chaque premier vendredi du mois, vous avez rendez-vous sur Radio Saint-Louis, de 20h00 à 22h00 avec la Pastorale Familiale.
L’émission du vendredi 6 novembre 2020 sur le thème du DEUIL : « Mieux vivre le deuil et comment le vivre avec espérance » a été annulé compte tenu des mesures sanitaires en cours.
• Durant la période de confinement, vous pouvez suivre la messe en direct sur la WebTV St-Louis avec Monseigneur MACAIRE
• Le site pour les quêtes en ligne a été réactivé, participons tous à la vie de notre Eglise.

THEME DE L’ANNEE : « LA FAMILLE SELON LE CŒUR DE DIEU »

La Parole nous rappelle que, le seul chemin pour l’homme de trouver l’amour et le bonheur est de suivre Jésus pour revenir à Dieu. La feuille de route de la famille, l’outil qui crie aux familles : Famille revenez à Dieu !

Depuis plus de 2 ans, le diocèse de la Martinique propose aux familles : La feuille de route de la famille selon le cœur de Dieu.
C’est un guide qui s’adresse aux familles catholiques qui veulent bâtir leur famille sur le roc. Il propose 10 règles de conduite aux familles catholique pour ajuster leur vie à Dieu.

Les quatre thématiques abordées : le couple, l’homme et la femme, la vie en Dieu de la famille, la famille dans le monde, invitent les époux, les parents et la famille à se questionner sur la manière qu’ils ont de témoigner de leur baptême au quotidien et en toutes circonstances.

Chaque mois, la Pastorale Familiale vous propose de réfléchir, de méditer, de vivre, personnellement, en couple, en famille, en cénacle un article de la feuille de route de la famille.

REFLEXION DU MOIS : LE COUPLE

1ère partie : le mariage

Ce que dit l’Eglise
En s’appuyant sur les articles 71 à 75 d’Amoris Laetitia sur le sacrement du mariage
Extrait article 71 : « C’est dans la famille humaine, réunie par le Christ, qu’est restituée ‘‘l’image et la ressemblance’’ de la Sainte Trinité (cf. Gn 1, 26), mystère d’où jaillit tout amour 62 Ibid., n. 19. 57 véritable. Par l’Église, le mariage et la famille reçoivent du Christ la grâce de l’Esprit Saint, pour témoigner de l’Évangile de l’amour de Dieu ».
Extrait de l’article 72 « Le sacrement de mariage n’est pas une convention sociale, un rite vide ni le simple signe extérieur d’un engagement. Le sacrement est un don pour la sanctification et le salut des époux, car « s’appartenant l’un à l’autre, ils représentent réellement, par le signe sacramentel, le rapport du Christ à son Église. Les époux sont donc pour l’Église le rappel permanent de ce qui est advenu sur la croix ».

Feuille de route de la famille – Article 1

Cheminer dans et vers le mariage avec l’aide de la communauté chrétienne
Toutes les familles sont bénies par le Seigneur. Certaines familles ne reposent pas sur un mariage et doivent y tendre de leur mieux et au plus vite. D’autres familles en situation de fragilité ne peuvent être fondées sur un couple marié ou reposent sur un parent vivant seul.

Ces familles doivent d’autant plus implorer le secours de Dieu et compter sur l’aide de l’église pour grandir dans l’amour et accomplir leur devoir.

Fondamentalement, la famille selon le Cœur de Dieu repose sur le mariage ; l’union sainte et stable d’un homme et d’une femme, qui vivent ensemble, se soutiennent l’un l’autre et éduquent ensemble leurs enfants. Tel est l’unique principe de bonheur, de stabilité et de sainteté voulu par Dieu.

Questions pour cheminer

- Ma famille est-elle en situation de fragilité ?
- Comment j’accueille les familles en situation de fragilité ?
- Comment l’Eglise accueille-elle les familles en situation de fragilité ?
- Comment je comprends et j’accueille la définition qui dit que « la famille selon le cœur de Dieu repose sur le mariage : l’union sainte et stable d’un homme et d’une femme, qui vivent ensemble, se soutiennent l’un l’autre et éduquent ensemble leurs enfants ?


RETOUR SUR LES ACTIVITES

- Récollection de rentrée du 3 octobre 2020

Le samedi 3 octobre, le 8h30 à 12h, le SDPF a tenu sa récollection de rentrée sur la paroisse de Bellevue.
Malgré la situation sanitaire difficile, une cinquantaine de participants a répondu à l’invitation. Tous les mouvements ont été représentés
Ce fut l’occasion de présenter les nouveaux membres du SDPF ainsi que les différents mouvements. Une présentation efficace et des responsables très investis dans leur fonction. Nous avons découvert un panel d’activités pour répondre aux problématiques des familles et les aider à cheminer.

Au cours de cette rencontre, nous avons annoncé les orientations et les principales activités de la Pastorale pour l’année 2020-2021 conformément à la lettre de mission de l’Evêque et au plan ecclésial « CAP 2025 » dont les objectifs sont :
 Intégrer la Pastorale des hommes dans la Pastorale Familiale,
 Entretenir le réseau des référents paroissiaux,
 Collaborer avec la Pastorale de la Catéchèse,
 Constituer la Pastorale de Baptême,
 Encourager les mouvements.

Un moment d’échange et de partage apprécié par tous les membres présents.

- Conseil diocésain de pastorale du Samedi 17 octobre 2020

Le samedi 17 octobre 2020 s’est tenu, en présence de Monseigneur David MACAIRE le conseil diocésain pastoral au foyer de l’Espérance de 8h30 à 12h00. Organisé par le nouvel vicaire épiscopal, le père Gilles AIZO curé de Sainte-Marie cette rencontre a été l’occasion de réunir les responsables des 12 grandes pastorales d’ensemble et l’ensemble des groupes les constituant pour entrer tous ensemble dans le nouveau plan pastoral ; CAP 2025.
L’idée force est d’œuvrer pour la mission en construisant des ponts plutôt que des murs.

Environ 120 personnes ont participé aux activités dans le strict respect des règles sanitaires de lutte contre la COVID 19.

CONTACT

Responsables diocésain :
Josette MACENO : 0696 28.37.25
Robert MACENO : 0696 25.30.18

 : Robert.maceno@gmail.com

Découvrez la version complète en cliquant sur l’icône ci-dessous :

En Mai 2020, la Pastorale familiale vous invite à relire le temps de confinement vécu en famille et en couple depuis le 17 mars 2020.

Emission mensuelle du Service Diocésain de la Pastorale Familiale

Retrouvez, le 1er vendredi de chaque mois, de 20h à 22h, l’émission du Service diocésain de la Pastorale familiale sur Radio Saint Louis. Prochaine émission : vendredi 8 janvier 2021, 20h-22h : "Une pastorale familiale, pour quelles familles ?"

Toutes les familles sont invitées par le Père Bannais, délégué épiscopal à la pastorale familiale, à participer à cette émission interactive sur radio Saint Louis en appelant le 05 96 71 86 04.

Dernière émission à réécouter sur le site internet de radio Saint Louis dans la rubrique "Réécoutez-nous" et en cliquant sur Pastorale familiale (ex-Solitude Béthanie) dans la liste des émissions proposées



 


Fédération des Associations Familiales Catholiques

 

27 août 2021 par Michel DEGLISE

Après échanges et délibérations en visioconférence entre les membres, la Fédération des Associations Familiales Catholiques (AFC) de la Martinique a décidé de publier un communiqué que nous vous proposons de découvrir.

A toutes les familles de Martinique

A tous les hommes et femmes de bonne volonté

La Fédération des Associations Familiales Catholiques de Martinique n’est pas insensible à l’épreuve actuelle que traverse notre cher département. Cette crise du Covid, est en train de fracturer encore plus notre tissu familial à cause, notamment, des prises de positions et les décisions des autorités qu’elles proviennent de la cité ou de l’Église.

Nous tenons, alors, à exprimer avec force un message d’espoir en l’avenir. Celui-ci pourra devenir meilleur si nous restons unis dans la fraternité et véridiques en toutes circonstances.

Nous sommes un mouvement qui milite pour la défense des intérêts de la famille sur la base de l’enseignement de l’Église Catholique. A ce titre, nous avons le devoir, SANS prendre position pour ou contre la vaccination, de demander aux autorités de respecter et ne pas heurter, le libre arbitre de chacun. Il faut, en effet, persévérer plutôt, dans la diffusion de messages d’Espérance, de Vérité, de Paix ; mais aussi, agir pour que ne soient pas entravés des droits fondamentaux des individus inscrits dans la Loi et la constitution française dont certains articles sont, d’ailleurs, perceptibles dans l’Évangile.

Même si la crise sanitaire a commencé il y a 18 mois déjà, les déclarations du président de la République, le 12 juillet dernier, visant nommément notre Département, ont jeté un froid et conduit à une véritable déstabilisation au sein de nos familles.

Depuis ce jour-là, en fait, les prises de positions de personnes influentes essentiellement Pro-vaccin ont continué de semer le trouble et la division. Lorsque l’on sait que 80% des martiniquais ont boudé la vaccination malgré la campagne menée avec constance par les autorités sanitaires et les médias, on comprend le mal-être des martiniquais, très majoritairement catholiques, lorsque certains de leurs pasteurs expriment un avis publiquement et en faveur de cette solution-là.

On comprend, aussi vite, que la fracture est très sérieuse dans les familles au vu des dispositions législatives qui ciblent et manifestent des différences entre les membres d’une même famille, entre baptisés, entre vaccinés et non-vaccinés, etc. Pourtant, des exemples positifs en matière de communication et de suivi pour traverser cette épreuve existent :

· la motion du 27/07 de la CTM proposant, entre autres, pour les Martiniquais, la communication des alternatives complémentaires au vaccin

· des prêtres, sans parti-pris, promouvant l’accueil personnalisé de personnes en recherche de discernement.

· les paroles rassurantes du Christ : « N’ayez pas peur. J’ai vaincu le monde - Jean 16. 33 » - sont de nature à apaiser les familles qui manquent de conseils, de débats contradictoires, d’informations claires...

Dès lors, nous lançons un appel solennel à ne pas se diviser plus et à retrouver une tempérance, un respect les uns pour les autres, vaccinés ou pas, de manière à affronter, en plus de la maladie, les contraintes exceptionnelles de cette loi du Pass-Sanitaire qui risquent, à n’en point douter, de créer un climat délétère dans notre île.

Sans une communication transparente et des initiatives bienveillantes, nous courons à la catastrophe tant les divisions et les effets de la maladie déchirent toujours un peu plus le lien social.

Confiants dans la capacité de tout homme de faire appel à une transcendance bienfaitrice pour son semblable, notre Fédération appelle les autorités compétentes et toutes les familles à s’unir pour relever le défi de la solidarité quelles que soient les convictions, l’origine ethnique ou sociale des personnes qui les caractérisent.

Quelques propositions d’actions rapides :

· Prière familiale en ligne
· Groupe de paroles et d’échanges sur un thème (en ligne)
· Groupes projets - partage à l’image des premières communautés chrétiennes
· Veillées de prières

Fédération des AFC de Martinique : fed.afc972 chez gmail.com

tél : 06 96 17 27 67

"Linité sé fos nou" (notre force, l’unité)

www.afc972.org



 


Fête de la Transfiguration et de la Sainte Face

 

29 juillet 2021 par Michel DEGLISE

La communauté paroissiale de De Briant a la joie de vous inviter à la Fête de la Transfiguration, fête de la paroisse Sainte-Face, du 29 juillet au 6 août 2021 : 9 jours pour se laisser transfigurer par le Christ.

PROGRAMME MODIFIE EN RAISON DU CONFINEMENT

- Jeudi 29 juillet 2021

De 16h00 à 18h00
Adoration silencieuse du Saint Sacrement

18h00 : Enseignement sur la Transfiguration

[Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques, et Jean son frère, et les emmène, à l’écart, sur une haute montagne - Mt 17, 1]

18h30 : Messe d’ouverture animée par Les groupes Prières des mères & Pastorale familiale

- Vendredi 30 juillet 2021

De 08h30 à 15h50 : Adoration du Saint Sacrement

16h00 : Chemin de croix de la Sainte Face animé par La Confrérie de la Sainte face (à
l’église)

18h00 : Enseignement su r la Transfiguration

[Et il fut transfiguré devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière - Mt 17, 2]

16h30 : Messe animée par La Chorale Chœur Sacré

- Samedi 31 juillet 2021

16h00 : Enseignement sur la Transfiguration

[Et voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui - Mt 17, 3]

16h30 : Messe animée par La chorale des catéchistes

- Dimanche 01 août 2021

07h30 : Enseignement sur la Transfiguration

[Pierre alors, prenant la parole, dit à Jésus : " Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ; si tu le veux, je vais faire ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. " - Mt 17, 4]

08h00 : Messe animée par la chorale Exode

De 09h30 à 17h30 : Adoration du Saint Sacrement

17h30 : Vêpres

-  Lundi 02 août 2021

15h30 à 16h00 : Chapelet de la Sainte Face animé par La Confrérie de la Sainte Face (à l’église)

16h00 : Enseignement sur la Transfiguration

[Comme il parlait encore, voici qu’une nuée lumineuse les prit sous son ombre, et voici qu’une voix disait de la nuée : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le. " - Mt 17, 5]

16h30 : Messe animée par les Pastorales de santé et funérailles

- Mardi 03 août 2021

De 08h30 à 15h00 : Adoration du Saint Sacrement

15h00 à 16h00 : Temps de louange avec le Groupe Charismatique Paraclet

16h00 : Enseignement sur la Transfiguration

[À cette voix, les disciples tombèrent sur leurs faces, tout effrayés. - Mt 17, 6]

16h30 : Messe animée par le Groupe Charismatique Paraclet

- Mercredi 04 août 2021

14h30 : Film (Salle Jean Bosco)

16h00 : Enseignement sur la Transfiguration

[Mais Jésus, s’approchant, les toucha et leur dit : " Relevez-vous, et n’ayez pas peur. " - Mt 17, 7]

16h30 : Messe animée par la chorale des catéchistes et Saint-Vincent de Paul

-  Jeudi 05 août 2021

14h30 à 16h00 : Exposition du Saint Sacrement et Confession

16h00 : Enseignement sur la Transfiguration [Et eux, levant les yeux, ne virent plus personne que lui, Jésus, seul - Mt 17, 8]

16h30 : Messe animée par les PCE de la paroisse & l’Equipe Chemin d’Unité - ACPM. 

 Consécration de deux membres de la Confrérie et onction d’huile de la Sainte Face.

- Vendredi 06 août 2021

De 8h30 à 15h00 : Adoration du Saint Sacrement

15h00 à 16h00 : Vénération de la Sainte Face

16h00 : Dernier enseignement sur la Transfiguration et synthèse

[Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : " Ne parlez à personne de cette vision, avant que le Fils de l’homme ne ressuscite d’entre les morts. " - Mt 17, 9]

16h30 : Messe présidée par Monseigneur David MACAIRE en l’honneur de la Sainte Face animée par toutes les chorales de la paroisse suivie d’un partage fraternel (à emporter)

Cliquez sur l’icône pour découvrir l’affiche :



 


Fête de la Dédicace de la Cathédrale Saint-Louis

 

29 juin 2021 par Michel DEGLISE

Le curé-recteur de la cathédrale Saint-Louis, Père Jean-Michel Monconthour, et ses équipes pastorales invitent tous les fidèles à la célébré le 126ème anniversaire de la Dédicace de la Cathédrale qui a eu lieu le 2 juillet 1895 : rendez-vous à la cathédrale Saint-Louis pour rendre grâce au Seigneur vendredi 2 juillet 2021, à 18h30.

2 juillet 1895 - 2 juillet 2021



 


Mardis de l’Orgue avec l’AROM

 

21 juillet 2021 par Michel DEGLISE

L’Association pour le Rayonnement des Orgues de la Martinique (AROM) a le plaisir de vous inviter à la cathédrale Saint-Louis mardi 27 Juillet, à 10h30, pour le dernier Mardi de l’orgue de cette année pastorale.

Les Mardis de l’Orgue accueillent la soprano Natacha Toussaint. D’origine guadeloupéenne, résidant en France, elle est passionnée de musique classique et baroque.

Des études de chant lyrique au conservatoire de Pontault lui permettent d’obtenir 3 récompenses au concours de la Scola Cantorum.

L’entrée est libre. Une urne est disponible à l’accueil au bénéfice de l’entretien et de la restauration des orgues du diocèse.

Attention : Masques obligatoires.

Merci de respecter la distanciation au sein de la Cathédrale

.



 


Week-End de la Mission Jeunes 13 - 15 ans

 

7 juin 2021 par Michel DEGLISE

La Communauté du Chemin Neuf invite les jeunes de 13 à 15 ans, à vivre au Domaine du Fort, à Saint-Pierre, le week-end du samedi 19 au dimanche 20 juin 2021 : « Laisse-toi aimer par ton papa du ciel ».

Triduum Pascal

Hello, tu l’attendais...? Ça y est !!! La Mission 13-15 ans de la Communauté du Chemin neuf t’invite à son week-end sur le thème "Laisse-toi aimer par ton papa du ciel" du 19 au 20 juin 2021 dès 15h. Exceptionnellement nous finirons à 11h le 20/06, et tes parents, frères et sœurs sont invités à vivre l’Eucharistie au domaine du fort à Saint-pierre avec nous à 9h30 le dimanche 20/06 !

Inscris-toi vite sur le lien suivant : https://forms.gle/dJDeTzEjrzEHRUiZA .

⚠Les places sont limitées !!!

A bientôt !!



 


Table ronde de l’OSPEM

 

26 mai 2021 par Michel DEGLISE

Pour la reprise des rendez-vous de l’Observatoire Socio Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM), vous êtes invités le vendredi 28 mai 2021, à 18h à l’église Emmaüs, à la première table ronde 2021 consacrée au fonctionnement de la Collectivité Territoriale de la Martinique.

La Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) va être renouvelée à l’issue des consultations électorales des 20 et 27 juin 2021.
Afin de faire un choix en toute conscience mais surtout en toute connaissance, le coordinateur et les membres de l’Observatoire Socio Politique en Martinique (OSPEM), toujours soucieux de porter leur contribution à la création d’une société plus juste et plus humaine ont l’honneur d’inviter toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés à participer à la table ronde qui aura lieu :

Vendredi 28 mai 2021

A l’Eglise EMMAUS de 18h00 à 21h00 avec :

Justin DANIEL, professeur de science politique, directeur du Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales.
Emmanuel JOS, professeur de droit public honoraire.

pour traiter du thème :

« Le fonctionnement de la Collectivité Territoriale de la Martinique : ses missions, ses organes et organismes, leurs modes d’élection ou de désignation, leurs attributions et les moyens au service de l’exercice de leurs attributions. »

Le programme est le suivant :

 18h00 : Accueil
 18h15 : Mot de bienvenue du responsable de l’OSPEM
Présentation du programme de la soirée
 18h20 : Intervention Pastorale des Artistes
 18h30 : Table ronde sur le sujet
 20h00 : Intermède (Pastorale des Artistes)
 20h15 : Echange avec le public
 20h45 : Conclusions
 21h00 : Fin de la soirée

Pour tous renseignements :
Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)
yvesmarie.grivalliers chez orange.fr

Retour sur le mardi 21 Janvier 2020

Le mardi 21 janvier 2020 à partir de 18h15, les membres du comité de l’OSPEM ont rencontré les jeunes de la Mission Etudiante Catholique (MEC) à leur lieu de réunion situé au sous-sol de l’Eglise de Schœlcher pour traiter du thème suivant : Les réseaux sociaux chez les jeunes : quelle liberté ?

Le Père Arnaud GOMA (un des trois aumôniers de la MEC) après avoir fait chanter et prier les participants a demandé aux invités de se présenter. Puis, il a introduit la rencontre en dressant un tableau de la situation. A savoir : la montée d’une culture de la violence via les réseaux sociaux (RS), la forte popularité des RS qui sont utilisés par 1/3 de la population mondiale, la place de Facebook qui est en tête des RS avec sa filiale What’s app, l’exposition des RS au mal sous toutes ses formes. Il a conclu par la question suivante : En tant que chrétien comment pouvons-nous aiguiser nos sens afin de discerner les bonnes et les mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux ?
Le coordinateur de l’Observatoire Socio Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM), Yves-Marie GRIVALLIERS après avoir présenté l’observatoire et ses objectifs a proposé à l’assistance le déroulement suivant de la rencontre : Diffusion de la vidéo humoristique « Introduccing guiding hands » de Conan (disponible sur youtube) qui dénonce l’emprise des réseaux sociaux dans nos vies ; Visionnage d’un diaporama comportant une série d’images sur les RS. Celles-ci ont permis de réfléchir sur notre rapport aux réseaux sociaux, leur invasion dans nos vies et leurs effets pervers. A savoir : solitude, isolement, rupture de la communication, nombrilisme, domination, esclavage, voyeurisme, inhumanité et pertes de repère ; Distribution aux participants d’un questionnaire sur les usages d’écrans ; Intervention de Mme COPOL-DOBAT de la PCE des psychologues ; Echanges avec les étudiants.

La mise en commun des réponses fait ressortir que : les jeunes appellent de moins en moins et préfèrent écrire ; pour envoyer un message à son patron, l’utilisation du SMS est privilégiée ; le portable est utilisé en priorité pour les réseaux sociaux et la musique ; les jeunes s’endorment avec leur téléphone portable et peu l’éteignent car il leur sert de réveil ; peu de jeunes font régulièrement 8 heures de sommeil (1 seule parmi tous les participants).

Dans son intervention, madame COPOL-DOBAT a développé les idées principales. A savoir : Internet est un grand boulevard sans code de la route ; les lois sont établies au fur et à mesure que les dangers émergent ; les réseaux sociaux sont une avancée technologique et un outil de travail ; Rabelais disait que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » par conséquent si les téléphones portables sont des progrès technologiques, leur utilisation demande réflexion ; avec les téléphones portables, la parole est rompue. Or, la parole est ce qui distingue l’homme des animaux ; ces moyens de communication dispensent de parler entre les êtres humains et c’est là tout le danger ; l’écran isole la personne humaine d’elle-même. A ce propos le Père Benjamin FRANCOIS-HAUGRIN le représentant de l’Evêque à l’OSPEM a livré un témoignage. Il a raconté que lorsqu’il allait au cinéma à l’âge de 9 ans, il voyait le public interagir avec le film. Il constate qu’aujourd’hui, le silence s’est imposé dans les salles de cinéma.

Madame COPOL-DOBAT a poursuivi en disant : « Tout ce qui est en rapport avec l’image stimule le regard et la voix. Or, ce sont ces zones primitives du corps qui nous mettent en relation avec les autres. Ce qui explique notre addiction aux écrans. En somme, notre rapport aux images est additif car elles stimulent des zones primitives, sièges du désir.

Les écrans des téléphones portables cassent le rapport à l’autre car nous ne nous parlons plus. » Elle a rappelé que les créateurs des réseaux sociaux interdisent leur utilisation à leurs enfants. Ce qui doit nous interpeller. Elle a indiqué qu’aujourd’hui, nous régressons car nous fonctionnons comme des psychotiques. En effet, nous refusons de plus en plus d’échanger par la parole. Elle a précisé que dans le cas des personnes narcissiques, l’usage du téléphone portable (notamment la fonction selfie) provoque souvent enfermement et repli sur soi. Pour elle, les réseaux sociaux créent de la solitude et rompent la communication. La parole est fondamentale pour tisser des liens. Cependant, elle est très compliquée car nous nous retrouvons face à l’autre et à ses interprétations.

Les jeunes étudiants ont exprimé leur désaccord. Car, ils estiment qu’échanger par écrit c’est aussi communiquer mais différemment. La parole n’est plus dite mais écrite. De plus, en écrivant il est plus facile de reformuler ses propos. Or, en parlant, il est difficile de revenir en arrière. Par ailleurs, les réseaux sociaux permettent d’être libre de converser avec qui on veut. En effet, il est plus simple d’y bloquer un contact que de l’éviter dans la vie réelle.

Au cours du débat, le Père Benjamin François-Haugrin s’est interrogé sur la place du commerce autour des réseaux sociaux. Pour lui, les moyens intégrés dans les téléphones portables donnent la liberté d’effectuer différentes activités et permettent de développer des métiers. Des études montrent que les jeunes d’aujourd’hui préfèrent les SMS aux appels. Or, la parole nous humanise alors que l’écriture dans ses conditions nous fait régresser. Il constate que nous écrivons plus et parlons moins. Mais la parole reste un enjeu fondamental. Pour appuyer son propos, il rappelle que les dirigeants de ce monde sont ceux qui manipulent l’art de la parole. Dans le monde, la parole lorsqu’on la maîtrise, est le moyen d’arriver au pouvoir.
Les étudiants ont exprimé également leur désaccord avec cette affirmation qui considèrent que les réseaux sociaux permettent à des personnes introvertis et/ ou isolées, de communiquer avec autrui et d’avoir des amis. Alors que dans la vie réelle, il leur est difficile d’aller vers les autres. La relation virtuelle est bien car elle permet d’interagir avec le monde entier. Mais elle empêche les interactions réelles. Tout dépend de la manière dont les réseaux sociaux sont utilisés. Il ne faut pas être dans l’excès.

Deux interrogations sont restées sans en suspens : C’est bien d’interagir avec le monde entier via les réseaux sociaux. Mais est-ce valorisant quand nous ne communiquons peu ou pas du tout avec notre entourage ? Nous avons tendance à communiquer avec des gens ayant le même profil que nous. Est-ce ne pas s’enfermer en interagissant de la sorte ?

Après la synthèse des propos de Mme COPOL-DOBAT, le Père FRANCOIS-HAUGRIN souligne qu’il faut accepter le progrès proposé par ces outils de communication. Ceci en ayant conscience des enjeux et des méfaits et en les utilisant en connaissance de cause. Puis, il poursuit en rappelant que la parole reste un enjeu important. Pour lui, les réseaux sociaux sont un langage à comprendre, à maîtriser et à dépasser pour mieux les utiliser et éviter les addictions. Enfin, il termine en disant aux étudiants : « vous n’êtes pas faits pour les réseaux sociaux. Ce sont les réseau sociaux qui sont faits pour vous ». Par cette phrase, il veut leur expliquer qu’ils ne doivent pas laisser une machine prendre le contrôle de leurs vies.

La rencontre s’est terminée par les informations diverses et la lecture de la prière pour l’OSPEM. 

Nous remercions, les étudiants qui ont participé à la rencontre ainsi que : les deux parents qui les accompagnaient, les deux aumôniers de la MEC (Père Arnaud Goma et Père Gaëtan Présent), les membres du comité de l’OSPEM, madame COPOL-DOBAT et les deux jeunes de l’ICEA qui ont effectué la couverture médiatique.

Janickaëlle E. Yves-Marie G.

Conférence sur l’anti-esclavagisme catholique en Martinique

Les membres de l’OSPEM étaient invités à la cathédrale Saint-Louis pour participer à la Conférence de présentation du livre Histoire de l’anti-esclavagisme catholique en Martinique en la fête de Sainte Joséphine Bakhita le samedi 8 février 2020, également Journée mondiale de prière et de réflexion contre la traite des personnes.

Cette conférence présidée par Mgr David Macaire a réuni les auteurs, membres de Cap 170 : Mme Annick François-Haugrin, Mme Lydia Ramaël, P. Jean-Michel Monconthour, Père Benjamin François-Haugrin, Père Pierre Henderson. P. Gilles Danroc, op, et M. Serge Pain n’avaient pas pu se déplacer.

Retour sur la récollection du 25 janvier 2020

Le coordinateur et les membres de l’Observatoire Socio Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM) ont invité toutes les femmes et tous les hommes évoluant dans le monde politique à la Martinique qui le souhaitaient à clôturer la semaine de l’unité des chrétiens et à préparer les prochaines échéances électorales par une récollection, le : Samedi 25 janvier, à la salle annexe du foyer de charité à Trinité,
de 8h30 à 13h00 pour traiter du thème : « L’Evangile comme culture politique »,
en présence de Monseigneur David MACAIRE.

Les personnes qui le souhaitaient ont pu participer :

- à 7h : aux laudes suivies de la messe
- à 12h30 : à l’adoration du Saint Sacrement en fin de matinée à l’issue des travaux.

Programme :

 07h00 : Les laudes suivies de la messe
(pour celles et ceux qui le désirent)
 8h30 : Accueil
 08h45 : Chant d’entrée
Mot de bienvenue du responsable de l’OSPEM
Présentation du programme de la matinée
 09h00 : Lecture et partage sur l’Evangile du jour
 09h10 : Intervention de Mgr MACAIRE
 09h45 : Présentation du travail en ateliers
 09h50 : Constitution des groupes de travail
 10h00-11h15 : Travail en ateliers
 11h15 : Collation
 11h30 : Synthèse en présence de Mgr MACAIRE
 12h00 : Conclusions
 12h30 : Adoration (pour celles et ceux qui le désirent)
 13h00 : Fin de la matinée

Pour tous renseignements :
Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)

Retour sur le Voyage-Pèlerinage à Rome du 25 au 31 octobre 2019

Mgr Macaire et l’OSPEM ont organisé, en octobre 2019, un voyage - pèlerinage à Rome pour les élus de la Martinique. Découvrez le compte-rendu qu’en a proposé Madame Ghislaine Paschal, conseillère municipale de Trinité.

PREMIER PELERINAGE DES FEMMES & DES HOMMES ELUS DE MARTINIQUE

Ce premier pèlerinage historique, à l’initiative de l’OSPEM a réuni des élu.e.s de Martinique à Rome, du 25 au 31 octobre 2019. Certains d’être appelés à vivre une expérience humaine et spirituelle particulière, ces personnalités politiques d’origine diverses et variées ont répondu à l’appel de l’Archevêque de Fort-de-France et de Saint- Pierre.

Si les réunions d’organisation et la célébration de bénédiction des pèlerins avait déjà soudé ce groupe, leur détermination doit être saluée. Un mouvement de grève du personnel navigant italien les a contraints à se séparer au départ de Roissy pour passer par Vienne, Amsterdam ou par Nice… afin de répondre à l’appel de Monseigneur David Macaire qui les y attendait à Rome en compagnie du Diacre Yves Bobi et du père Benjamin François Haugrin.

Le programme fut riche de moments de visite, de recueillement et de prière dans des lieux saints tels : la prestigieuse basilique Saint-Paul Hors Les Murs ; l’église Saint-Louis des Français qui abrite les trois tableaux du Caravage ; l’incontournable basilique Saint-Pierre, le plus important édifice du catholicisme où le groupe a pu visiter le tombeau de Saint-Pierre, entre autres ; la basilique Saint-Jean-de-Latran et son baptistère considérée comme la mère de toutes les églises de Rome voire du monde où les pèlerins peuvent renouveler leur vœux de baptême ; la basilique papale Sainte Marie Majeure dédiée à la Vierge…

Ce déplacement a été l’occasion d’effectuer des visites protocolaires. Les élus de Martinique ont été reçus à l’« Ambassade de France près le Saint Siège » par Madame Elisabeth Beton-Delègue, ex ambassadrice d’Haïti. Ils ont également participé à l’audience papale du mercredi au cours de laquelle le pape François a souligné leur présence et leur a adressé un mot spécial.

Des moments d’études et de réflexion dans plusieurs dicastères (ministères) :

- dicastère de la culture, où les échanges se sont focalisés sur les questions sensibles, voire douloureuses, d’identité et de transmission.

- dicastère pour la promotion du développement humain intégral, véritable laboratoire et lieu de conseil, d’élaboration et d’échange sur tout ce qui participe de l’« écologie intégrale » et qui prend appui sur la « doctrine sociale de l’église ». Concernés par les problématiques locales de chlordécone, climat, érosion de nos territoires… les élus de Martinique s’accordent à dire que s’il n’est pas trop tard il y a urgence tout de même à revisiter les solidarités en termes de réponse aux effets néfastes de la mondialisation.

- dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie qui invite à une action pastorale à partir de l’écoute du monde : pastorales de la vie humaine, de la famille, des personnes âgées… Autant de sujets qui interpellent eu égard à la situation de la Martinique au regard du vieillissement de la population.

Les visites culturelles de la Rome antique et de la Rome baroque ont permis de découvrir de hauts lieux historiques et culturels de Rome.

Ce premier pèlerinage organisé par l’évêché de Martinique est certainement le premier d’une longue série de déplacements de Martiniquais vers des lieux saints chrétiens catholiques. Il participe clairement de la volonté de Mgr Macaire de faire en sorte que les élus comme les laïcs occupent leur place dans la société.

Mme Ghislaine PASCHAL, Conseillère municipale déléguée aux TIC ville de La Trinité Conseillère communautaire à CAP NORD Martinique

Pour tous renseignements sur l’OSPEM :
Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)
yvesmarie.grivalliers chez orange.fr

L’Observatoire Socio-Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM) a fait sa rentrée en septembre. Tous les membres et sympathisants ainsi que tous ceux qui le souhaitaient, étaient présents à la messe de rentrée présidée par le père Benjamin François-Haugrin le dimanche 22 septembre 2019 à 9h30 à l’église Saint Jean-Baptiste de Rivière-Salée.

Pour tous renseignements :
Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)
yvesmarie.grivalliers chez orange.fr

Premier Cahier de l’Ospem

A l’occasion du 22 Mai 2019, l’Observatoire Socio-Politique de l’Eglise en Martinique a publié le 17 mai dernier le premier « CAHIER DE L’OSPEM » sur l’esclavage et la réconciliation fruit des conférences et contributions données par différents experts au cours de ses travaux autour du 170ème anniversaire de l’abolition.

Il s’intitule : « Esclavage, souffrances et réparation ».

Il est en vente au prix de 10€.

Il est disponible dans les lieux suivants :

- Radio Saint-Louis ;
- Les librairies catholiques : La Procure, Siloé Source de lumière, Immaculée Conception et au Monastère de Terrville à partir du 31 mai 2019 ;
- Paroisses de Rivière –Salée, du Lamentin, de Sainte-Marie, de Saint-Joseph.

- Mais aussi lors de grosses manifestations du diocèse et sur le site de SAM éditions (www.sameditions972.fr).

Pour tous renseignements  :

Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)
yvesmarie.grivalliers chez orange.fr

Retour sur la présentation du 1er Cahier de l’OSPEM à Bellevue

La présentation officielle du premier cahier de l’Observatoire Socio Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM) s’est déroulée, en présence de Monseigneur MACAIRE, le vendredi 17 mai 2019 à la salle Gaston GAUTHIER de la paroisse de Bellevue à Fort de France en deux parties.

La première partie de la soirée a permis aux trois intervenants : l’archevêque, le Père Benjamin FRANCOIS-HAUGRIN et Yves-Marie GRIVALLIERS, d’axer leurs commentaires sur l’OSPEM ou le cahier en lui-même ou l’esclavage ou la Pensée Sociale de l’Eglise. Le « penseur des temps modernes » de la pastorale des artistes a adapté, avec brio, ses deux prestations au début et à la fin de la première partie de la soirée, au thème du jour.

La seconde partie de la soirée était culturelle et festive. En effet, les personnes présentes ont pu acquérir la brochure et discuter, autour d’une collation, avec les intervenants de milieux divers qui ont participé aux conférences liées au 170e anniversaire de la commémoration de l’abolition de l’esclavage entre le 24 février et le 20 avril 2018.

L’objectif de cette soirée a été atteint vu la satisfaction des participants. Maintenant, il faut assurer la vente de ce bel ouvrage qui se veut avant tout être un outil pédagogique. Vous le trouverez auprès des paroisses, de Radio Saint-Louis, des librairies catholiques, des membres de l’OSPEM, des mouvements d’action catholique. Mais aussi lors de grosses manifestations du diocèse et sur le site de SAM éditions (www.sameditions972.fr).

Pour conclure, je laisse à votre appréciation les propos de notre archevêque qui figurent dans la préface de la brochure :

« Comme tout peuple, notre histoire et notre vie sociale sont contrastées, faites d’ombres et de lumières. C’est peu de dire que la Martinique se dit et se croit en crise et que les causes de cette souffrance sont à rechercher, en grande part, dans notre passé violé par un crime contre l’humanité. Mais doit-on considérer tout cela comme une fatalité ? L’OSPEM a pour mission de chercher des réponses à toutes les questions y compris les plus difficiles et les plus gênantes. Sa visée, cependant, est résolument optimiste et constructive, au nom de la foi chrétienne qui ne se résout jamais à la médiocrité et au fatalisme… »

Le coordinateur de l’OSPEM

Yves-Marie Grivalliers

Pèlerinage à Rome en Octobre 2019

Le Coordinateur de l’OSPEM a l’honneur de porter à la connaissance des femmes et hommes politiques de la Martinique élus ou non la décision prise par Monseigneur MACAIRE de les inviter à participer à un pèlerinage à Rome du 26 au 31 octobre 2019. Retrouvez également le compte-rendu de la 1ère Table ronde organisée par l’OSPEM sur l’identité le 23 février 2019 à l’ICEA.

Au cours de ce pèlerinage, outre les visites touristiques et spirituelles, les participants seront invités à travailler sur différents sujets (la culture, le développement humain intégral, la politique, l’économie, l’écologie, la famille...) avec les hauts fonctionnaires de la curie romaine.

Des réunions et des temps d’échange seront organisés. Le rendez-vous est fixé le 26 octobre 2019dans l’après-midi à Rome. Le pèlerinage s’achèvera le 31 octobre 2019 au matin.

L’ensemble du séjour en demi-pension (logement, transports et visites) est évalué à 750€. Les participants rejoindront la Ville éternelle par leurs propres moyens.

La date limite d’inscription est fixée au mardi 30 avril 2019.

Pour tous renseignements :

Yves-Marie GRIVALLIERS (0696 85 22 00)
yvesmarie.grivalliers chez orange.fr

Comte-rendu de la Table ronde "Regards pluriels sur l’identité : où en sommes-nous en 2019 ?"

Le premier rendez-vous de l’année de l’Observatoire Socio Politique de l’Eglise en Martinique s’est déroulé le samedi 23 février 2019 à la salle n°01 de l’Institut Catholique Européen des Amériques (ICEA) de 8h30 à 12h30 devant une trentaine de personnes autour d’une table ronde sur le thème : « Regards pluriels sur l’identité : où en sommes-nous en 2019 ? » avec comme invités : le Père Jean-Michel MONCONTHOUR curé de la cathédrale de Fort de France, mesdames Roberte COPOL-DOBAT, Maryse ANNETTE et Joëlle NUISSIER membres de la PCE des psychologues, maître Catherine RODAP du Barreau de Fort de France. Madame Sylvana RANGOLY a régulé les débats en qualité d’expert dans les relations sociales.

Le programme proposé a permis à chacun de trouver une satisfaction que ce soit dans : la lecture puis le partage de l’Evangile du jour sur la transfiguration (Marc 9, 2-13) effectués par le Père Benjamin FRANCOIS-HAUGRIN qui a fait le lien avec le thème du jour ; la table ronde dans laquelle les intervenants comme les participants ont livré des témoignages très poignants qui ont nourri le débat ; la prestation de Joël LUTBERT de la pastorale des artistes qui a adapté ses deux morceaux au thème au cours de l’intermède musical.

L’objectif de cette table ronde a été atteint vu la qualité des intervenants et la satisfaction des participants. Cette manifestation fera l’objet d’une publication à la fin de l’année.

Pour conclure, Madame RANGOLY a articulé les mots clés issus des débats, en voici le résumé : « Même continuellement mis à l’épreuve de nos histoires, nos vécus, nos mystères respectifs et autres expériences fussent-elles traumatiques ; il nous restera à trouver comment notre essence, notre identité aussi bien individuelle que collective pourrait se nommer, exister, s’assumer et parvenir à s’affirmer au monde, pour poursuivre ensemble cette permanente quête de clarté, de lumière d’homme créé à l’image de DIEU. »

Le coordinateur de l’OSPEM,
Yves-Marie Grivalliers

Retour sur la conférence "Esclavage, souffrance et libération"

La quatrième et dernière conférence organisée par l’OSPEM dans le cadre de la commémoration des 170 ans de l’abolition de l’esclavage s’est déroulée au Presbytère de la Cathédrale de Fort-de-France, le vendredi 20 avril 2018 de 18 h à 21 h devant une cinquantaine de personnes avec trois intervenants : un responsable de ressources humaines et deux psychologues cliniciennes psychanalystes. Elle avait pour thème « Esclavage, Souffrance et libération ». C’était en quelque sorte la suite de la conférence du 16 mars 2018.

Louis LIENAFA dans son intervention a effectué une lecture du lien social dans le milieu du travail en Martinique à travers plusieurs exemples. Pour lui : « Le magico-religieux est très important dans cette société, il y a un rapport ambigu à l’autorité, une multiplication des unions illégitimes, un rapport au temps et à la ponctualité. Notre société est engluée dans le temps comme si cette blessure était une réalité bien vivante. La société est violente. Notre réalité sociale a été dominée par des conflits sociaux marquant le quotidien. De nos jours, la manifestation symbolique la plus notable est le blocage de l’économie. Les ressources humaines devraient être la gestion de la relation humaine. Si on regarde le vocabulaire de notre quotidien, il est empreint de l’esclavage. »

Marie-Nadiège YERRO a axé son intervention sur la Colonisation Esclavagiste Racialisé (CER) et l’atteinte de l’ordre du symbolique. Après avoir décrit les trois critères qui s’interpénètrent à savoir : l’imaginaire, le symbolique, le réel, elle a porté des précisions quant au CER. Pour elle : « Le fait d’être issue d’une histoire post -coloniale dans laquelle on définit les couleurs est une vraie réflexion qui met en difficulté. Aussi : Qu’est-ce qu’être Blanc ?, Qu’est-ce qu’être Noir ? Qu’est-ce qu’être de couleur ? Ces dénominations deviennent banales. Et pourtant, c’est là être victime d’une illusion : il s’agit en fait de catégories cognitives qui à partir de notre perception des différences situées dans le spectre visible, sont largement héritées de l’histoire de la colonisation ».

Mme Roberte COPOL-DOBAT a porté l’accent sur le traumatisme et la langue notamment le créole. Pour elle : « Nous sommes nés d’un traumatisme. Nous sommes une société jeune de quatre siècles et le temps de la fin de traumatisme est moins long que celui du trauma. Il demeure des traces. On est loin d’être apaisée mais quelque chose fait que la société tient. Il y a une manière de fonctionner à la martiniquaise, il y a un savoir-être martiniquais qui perdure dans le temps, qui traverse le temps. Le créole a incontestablement son origine en Afrique. Mais, cet héritage africain a rencontré divers éléments culturels venant de l’Europe, de l’Inde, de l’Amérique, de l’Afrique…Le créole est une langue née dans la souffrance. Elle porte l’histoire de ce traumatisme. Elle nous constitue, elle nous tient. Elle est née dans la plantation et faisait le lien entre les diverses composantes de la société Cette langue a humanisé les relations. Elle mettait sur un plan d’égalité les membres de la plantation. Le fait de parler créole et de pouvoir le traduire en français permet de souligner certaines choses. Nous avons une violence qui peut surgir à n’importe quel moment et qui ressurgit en créole. C’est une dimension qui est en nous et qui est issue de ce passé. »

Le droit permet à une personne de s’inscrire en tant que victime Mais, symboliquement, ce n’est pas pareil : l’Esclavage nous a marqué. Il n’est pas question de recevoir de l’argent par rapport à cette souffrance subi. Par contre, il faut saisir les difficultés sociales que cela a engendrées. Il faut inscrire les œuvres de CESAIRE, de GLISSANT dans les programmes scolaires afin qu’ils sachent ce que les martiniquais ont apporté au monde en terme de savoir. La réparation passe par le fait de reconnaitre que nous sommes en construction et que ce que nous sommes peut nous guérir de notre passé. Il faut donner une représentation de ce qui nous porte.Le débat qui a clôturé la conférence a surtout porté sur la langue créole, le type de réparation et l’identité culturelle.

Le coordinateur de l’OSPEM,
Yves-Marie Grivalliers

Retour sur la conférence "Esclavage, réparation, développement et foi chrétienne

La troisième conférence organisée par l’OSPEM dans le cadre de la commémoration des 170 ans de l’abolition de l’esclavage qui avait pour thème « Esclavage, Réparation, Développement et foi chrétienne » s’est déroulée au Presbytère de la Cathédrale de Fort-de-France, le vendredi 6 avril 2018 de 18 h à 21 h avec deux intervenants de qualité, devant une cinquantaine de personnes.

Le professeur Emmanuel JOS, membre de l’Institut des Droits de l’Homme de la Martinique, personne ressource du Comité devoir de mémoire de la Martinique et de l’OSPEM, fut le premier à s’exprimer. Après avoir remercié l’OSPEM de lui permettre d’intervenir, il a décrit les grandes lignes de son exposé développé en quatre parties : l’esclavage, la réparation, le développement durable et la foi chrétienne.

Concernant la réparation, le professeur indique : « Il faut une démarche ne procédant ni de la haine, ni de la revanche mais de la vérité et de la justice en s’inscrivant dans un processus de reconstruction de notre personnalité sur des bases plus saines. Il peut y avoir des politiques publiques additionnelles en plus de ce que prévoit le droit commun qui associeraient les personnes concernées à leur élaboration, leur mise en œuvre. Elles devraient associer les personnes publiques, privées, l’Etat, l’Europe etc. Elles devraient être ciblées sur les inégalités qui opèrent encore donc sur les séquelles actuelles de ce passé. Il faudrait un enseignement adéquat car l’esclavage et la traite ont été perçus comme des atteintes à la dignité de la personne humaine ayant fait qu’il a fallu chercher des justificatifs dans la religion par exemple. Il faut : des lieux de mémoire, des journées commémoratives, déconstruire le vocabulaire dévalorisant hérité du passé ainsi que le collorisme qui consiste à mieux considérer les personnes plus claires de peau que les personnes à peau foncée. Il faut aussi favoriser la mixité, sur le plan racial et social, afin d’avoir une égalité réelle dans ces domaines. »
S’agissant du développement durable, le professeur propose les actions suivantes : obtenir des financements appropriés, rompre avec les dérogations de droit commun, rompre avec les inégalités en matière de prix et de pensions, obtenir la reconnaissance juridique à des mesures de différenciation orientées.

Le professeur JOS a terminé son exposé sur la réparation de l’image négative donnée à la Foi chrétienne. Il a effectué le rapprochement entre la parole de Dieu et les actes posés ou à poser par les hommes. Il a poursuivi en rappelant que JESUS a remis en cause toutes formes asservissement. Ce qui n’a pas été respectée par l’Eglise même si certains prêtres et chrétiens se sont démarqués en réagissant autrement. Il y a eu des prêtres rebelles, des prises de position des évêques de la Caraïbe en 1975, la demande de pardon du pape Saint Jean-Paul II en 1992. En 1998, il y a eu une déclaration commune des Evêques de la Martinique, de la Guadeloupe e de la Réunion de la Guyane disant qu’il existe encore des groupes qui freinent le développement de nos îles.

Madame SMITH-RAVIN est la seconde à intervenir. Elle a fait voyager l’assistance en découvrant la Sierra Léone mais aussi le Libéria dans un exposé très riche. Après avoir situé géographiquement ce pays d’Afrique, elle a narré ce qui s’est passé le 9 mai 1787. En effet, les noirs retournent en Sierra Leone. La région est marécageuse et pleine de moustiques. Ils arrivent dans une ile où l’esclavage existe encore et certains acceptent de devenir des propriétaires d’esclaves. Les personnes en charge de la colonie agissaient comme des maîtres avec des pratiques barbares.

Le débat qui s’en est suivi a permis de répondre à des questions liées surtout à la réparation et de clarifier le rôle de l’Eglise pendant l’esclavage.

Murielle MARTHELI

Membre du comité de l’OSPEM

Retour sur la conférence du 24 Février : « L’Église, l’esclavage et après ? »

Les membres de l’OSPEM ont organisé la première conférence sur l’Eglise et l’esclavage le samedi 24 février 2018, de 8h30 à 13h, à l’église Emmaüs, dans le cadre des activités du diocèse pour la commémoration du 170ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

Une centaine de personnes se sont retrouvées à l’Eglise EMMAUS répondant donc à l’invitation de l’Observatoire Socio-Politique de l’Eglise en Martinique (OSPEM) à participer à la conférence débat ayant pour thème « L’Eglise et l’esclavage, et après ? » dans le cadre de la commémoration des 170 ans de l’abolition de l’esclavage voulue par Mgr David Macaire.

Après le mot d’accueil et les explications du Père MONCONTHOUR , responsable du Comité d’organisation (K170) sur les différentes manifestations du diocèse sur le sujet, la conférence s’est déroulée en trois temps :

- partage sur l’évangile du jour (Mat5, 43-48) effectué par le Père HENDERSON agrémenté des chants de « Bèlè legliz catédral », que je remercie encore au nom de l’Ospem, et du notre Père en créole ;

- intervention du Frère Gilles DANROC, op, sur l’Eglise et l’esclavage aux Antilles et intervention du Père Benjamin FRANCOIS-HAUGRIN sur l’Eglise et la réparation selon la doctrine sociale de l’Eglise ;
- enfin, débat autour des nombreuses questions écrites par les participants.

Le Frère Gilles DANROC, dominicain, est à la fois missionnaire et historien. Après une vingtaine d’années dans les mornes d’Haïti, il a travaillé sur l’histoire du Nouveau Monde, la question amérindienne ainsi que sur l’histoire d’Haïti. Il a également travaillé la question de l’esclavage à partir d’Haïti, la Martinique et les accords de Durban (ONU) où il a participé à la négociation sur la réparation. Il a aussi participé avec notre archevêque à la rédaction du livre sur le Père JEAN-MICHEL. Il est l’un des auteurs du livre de Régis DEBRAY intitulé Haïti et la France paru en mars 2004.